LOUVAIN-LA-NEUVE

Dérapages dans un cercle étudiant de l’UCL lors du baptême: la MAF fermée

Dérapages dans un cercle étudiant de l’UCL lors du baptême: la MAF fermée

Le cercle estudiantin MAF regroupe des étudiants en éducation physique, kiné et réadaptation. ÉdA

Le cercle estudiantin MAF, qui regroupe des étudiants en éducation physique, kiné et réadaptation, a été fermé par l’Université catholique de Louvain (UCLouvain).

À la suite de dérapages constatés lors des baptêmes, le cercle est fermé jusqu’à la fin du quadrimestre et se voit interdit d’organiser des baptêmes lors de l’année académique prochaine.

Par ailleurs, outre cette sanction interne, la faculté des sciences de la motricité (FSM) a décidé de ne plus reconnaître le MAF comme organisation facultaire étudiante, ajoute la porte-parole.

Selon la RTBF, qui cite un mail du doyen de la faculté, la fermeture a été décidée à la suite de «constats avérés de traitements dégradants, de violences physiques et morales et d’attentats à la pudeur lors de baptêmes».

Temporairement fermée à la mi-octobre

La MAF était déjà temporairement fermée depuis mi-octobre, comme l’indique le groupe Facebook du cercle. Les faits remontent au 11 octobre dernier et ont déjà donné lieu à plusieurs sanctions internes. La MAF est ainsi fermée et sa reconnaissance lui est temporairement retirée.

Le dépôt d’une plainte envisagé

L’Université catholique de Louvain se réserve le droit de déposer plainte contre les auteurs de dérapages constatés lors des bleusailles et baptêmes au sein de la Maison des athlètes francophones (MAF), cercle estudiantin de la faculté des sciences de la motricité, a indiqué lundi lors d’un point presse le vice-recteur aux Affaires étudiantes de l’UCLouvain.

Sur les faits eux-mêmes, le vice-recteur aux Affaires étudiantes évite de rentrer dans les détails, les déclarations n’étant pour l’instant pas concordantes. Mais il évoque des atteintes à la dignité et au respect des personnes, tout à fait contraires au protocole qui régit les baptêmes à l’UCLouvain depuis une vingtaine d’années.

Il est question de violences physiques – des gifles notamment – et dans un courrier, la doyenne de la faculté concernée (elle regroupe les étudiants en kiné et en éducation physique) parle également de faits d’attentats à la pudeur.

 

 

 

 

La MAF n’est plus reconnue jusqu’à la rentrée 2021

 

 

Dès que ces faits ont été portés à la connaissance de l’UCLouvain, la fermeture de la MAF a été ordonnée. Le «groupe des référés», l’organe de régulation de l’animation étudiante, a été saisi en urgence et a décrété la fermeture de ce cercle jusqu’à la fin du premier quadrimestre, ainsi qu’une interdiction d’organisation des baptêmes par la MAF lors de la prochaine rentrée académique. Le bureau de la faculté concernée, lui, a décidé de ne plus reconnaître la MAF comme association étudiante facultaire jusqu’à la rentrée académique 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Condamnant clairement ces faits, l’UCLouvain indique qu’elle compte mener le dossier à son terme avec tous les acteurs internes mais aussi avec la ville, la police et éventuellement la justice. Elle se réserve en effet le droit de déposer plainte contre les auteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

47 bleus, 15 baptisés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant aux étudiants qui pourraient avoir été victimes – 47 envisageaient d’être baptisés à la MAF et moins de 15 l’ont été effectivement –, ils ont reçu un courrier leur indiquant qu’ils pouvaient bénéficier d’un espace de paroles, individuellement ou collectivement, auprès du vice-recteur aux Affaires étudiantes ainsi qu’auprès du service d’aide aux étudiants de l’UCLouvain. Il leur a également été rappelé qu’ils pouvaient aussi s’adresser au service d’aide aux victimes de la police locale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une information judiciaire ouverte

Une information judiciaire a été ouverte pour une suspicion de traitements dégradants et attentats à la pudeur qui auraient été commis à Louvain-la-Neuve, lors de cérémonies de baptêmes estudiantins, a-t-on appris lundi auprès du parquet du Brabant wallon.

L’ouverture de l’information judiciaire a été requise par le parquet brabançon, il y a une dizaine de jours, concernant des faits présumés perpétrés en octobre au sein de la Maison des athlètes francophones (MAF), lors des cérémonies de baptême des étudiants.

«Nous procédons actuellement aux auditions des victimes et des auteurs présumés des faits», précise le procureur du Roi, Jean-Claude Elslander. «Nous avons décidé de lancer cette information après avoir été avertis par la police de la fermeture du cercle et de la raison de celle-ci. Des rumeurs ont circulé et nous tentons d’en analyser la véracité.»

Selon les résultats des premières auditions, les rumeurs les plus graves ne seraient pas avérées. «Entendez qu’il n’y aurait pas eu de scènes de viol comme certaines rumeurs le laissaient entendre. Nous ne sommes actuellement qu’au début de l’enquête et nous tentons de déterminer avec précision ce qu’il s’est réellement passé dans ce cercle estudiantin», conclut le procureur brabançon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un protocole d'accord et de formations encadre les baptêmes à l'UCLouvain

En condamnant lundi les dérapages commis en octobre dernier par la Maison des athlètes francophones (MAF), le cercle de la faculté des sciences de la motricité, l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) a rappelé que plusieurs dispositifs permettent d'encadrer les baptêmes étudiants. Si ceux-ci ainsi que les bleusailles - les activités organisées entre la rentrée académique et le baptême - font partie du folklore estudiantin, ils font l'objet d'un travail d'encadrement destiné à prévenir les problèmes. Un protocole d'accord est notamment établi par un organe spécifique.

Ce protocole d'accord, en place depuis une vingtaine d'années à l'UCLouvain, est négocié au sein d'une commission paritaire qui réunit des représentants des autorités universitaires et des responsables de baptême. Des représentants des habitants de Louvain-la-Neuve font également partie de cet organe. Les responsables de baptême dans les différents cercles reçoivent une formation complète l'année précédant le début des activités qu'ils organisent. Celle-ci couvre le contenu du protocole d'accord régissant les baptêmes, mais aborde également les risques et aspects médicaux de ce type d'activités. Une deuxième formation est aussi dispensée aux membres des comités des cercles étudiants ainsi qu'aux affiliés des régionales une semaine avant la rentrée académique.

Des membres de la MAF, cercle mis en cause dans les dérapages dénoncés en octobre dernier, ont suivi ces deux formations, a confirmé lundi le vice-recteur aux Affaires étudiantes, Didier Lambert. Les calendriers des activités sont également soumis au préalable par les comités de baptême et font l'objet d'une analyse de la commission paritaire. Celle-ci vérifie leur concordance avec le protocole d'accord, et formule éventuellement des remarques. En plus de réagir durant la période de baptême si des signes d'un déroulement anormal des activités apparaissent, l'UCLouvain organise également un débriefing après cette période.