BELGIQUE

Le CSA reçoit de plus en plus de plaintes en période électorale

Le CSA reçoit de plus en plus de plaintes en période électorale

L’émission «Les 48 heures des Bourgmestres» a notamment été ciblée. ÉdA -

Entre le 14 juillet et les élections locales du 14 octobre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a reçu 66 plaintes sur le respect du règlement relatif aux programmes de télévision et de radio pendant la période électorale.

Il a ouvert 21 dossiers, contre 14 lors des élections législatives de 2014 et 13 lors du scrutin local de 2012, rapporte jeudi l’autorité de régulation des médias audiovisuels.

Plusieurs plaintes portent sur le même programme. Ce phénomène de «plaintes multiples» est en augmentation, relève le CSA.

Les 66 plaintes, qui émanent de candidats aux élections mais aussi de simples citoyens, ont donné lieu à 20 dossiers. Un autre dossier a été ouvert d’initiative. Huit de ces dossiers concernent des télévisions locales, et deux des radios communautaires, soit des médias «qui font rarement l’objet de plaintes en dehors de la période électorale». Trois dossiers concernent spécifiquement des programmes diffusés en ligne.

La thématique la plus abordée est l’équilibre et la représentativité des différentes tendances (sept dossiers). L’instance de contrôle a ainsi notamment reçu sept plaintes contre l’opération «Les 48 heures des Bourgmestres» de RTL Belgium, accusée de mettre en avant les seuls bourgmestres, au détriment des autres tendances politiques présentes dans les communes.

Les autres thématiques principales sont la participation aux débats et la visibilité des petites listes (six dossiers) et l’application du cordon sanitaire médiatique aux partis non démocratiques ou incitant à la discrimination (six dossiers également).

Sur les 21 dossiers, neuf sont toujours en cours d’instruction. Les autres ont été classés sans suite tandis que trois plaintes ont été déclarées irrecevables.

Modifié en janvier 2018 par le Collège d’avis, qui représente notamment les professionnels du secteur, le «règlement élections» a été approuvé par un arrêté de la Communauté française et a force obligatoire. Le texte intègre désormais les pages des médias audiovisuels sur les réseaux sociaux et permet d’imposer aux partis un équilibre entre les femmes et les hommes à l’antenne. Il laisse une certaine latitude aux éditeurs, qui doivent chacun adopter un dispositif électoral.


Nos dernières videos