AGENDA

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène

Au Festival Export/Import, vos kets enfileront la doudoune pour accompagner ces reporters dans le grand Nord pour «Backup», un théâtre gestuel, d’objets, de marionnettes et de vidéo. Compagnie Chaliwate / CompagnieFocus

Les tatoués de tous poils (et même les épilés) reviennent comparer leurs arabesques ce week-end à Bruxelles. Où les enfants iront au théâtre pendant que leurs grands-parents se souviendront de leurs premiers émois rock. Ou des maillots qui moulaient Merckx et ses copains sous l’Atomium. Et puis, n’oubliez pas de danser.

+ NOTRE RUBRIQUE | En panne d’idées sorties? N’oubliez pas de surfer dans notre rubrique agenda hebdomadaire qui vous conseille les meilleurs plans (culture, food, loisirs, familles…) pour vos week-ends bruxellois. Certains n’ont pas de date de péremption…

+ L’EXPO ÉVÉNEMENT | Le rendez-vous à ne pas manquer cet automne à Bruxelles, c’est l’expo «Beyond Klimt» à Bozar, qui part à la découverte des artistes des pays nés sur les cendres de l’ancien empire austro-hongrois. On l’a vue : voilà ce qu’on en pense.

+ NE LA LOUPEZ PAS | L’expo « Get Up Stand Up » du MIMA offre ses murs aux affiches contestataires de mai 68 et après. L’occasion d’allier révolte et graphisme (prolongée jusqu’au 30/12).

+ N’OUBLIEZ PAS | L’expo taille enfant idéale, c’est «Ours et Nounours» au Museum des Sciences naturelles (jusqu’au 1/09/2019). «La Schtroumpf Experience» aussi est toujours en cours à Brussels Expo. Offrez-vous aussi une virée au Kanal – Musée Pompidou, nouveau spot art contemporain qui attire la foule et a déjà renouvelé ses expos. À moins que vous ne préfériez les ambiances Expo58 de l’Atomium, qui fête ses 60 ans (jusqu’en janvier 2019)

Export/Import

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène
Le spectacle de marionnettes «Blizzard» s’annonce envoûtant. Une Tribu Collectif
Le bon plan du week-end si vous cherchez une sortie familiale malgré la drache annoncée. On dit merci au Bronks et la Montagne Magique d’ouvrir une fois de plus leurs fauteuils au jeune public pour le festival de théâtre Export/Import. Vos kets y rieront, pleureront, aplaudiront ou danseront sur une foultitude de spectacles. Il y sera question de fantômes, de marionnettes, de transhumanisme, de mouvements survitaminés, de poésie à la frontière du conte et du haïku, d’un ours des sables du grand Nord, d’un «papan» (hybride entre un papa et une maman qui renverse les préjugés de genre), d’une maladie incurable et d’un gaufrier. Ces spectacles, condensé d’énergie, de rêve et d’inventivité, déboulent de partout en Europe. Ils s’adressent à vos kets dès 4 ans. Ils se jouent en plusieurs langues (français, néérlandais et anglais, mais aussi russe, berbère et argentin), sont parfois sous-titrés, et se plantent dans 5 lieux: Bronks et Montagne Magique donc, mais aussi la Tour à PLomb, De Markten et De Kriekelaar. Attention: le succès de l’événement est à la hauteur de son exigence. Pensez donc à réserver.

+ «Export/Import», au Bronks et à la Montagne Magique et aussi à la Tour à Plomb, De Markten et De Kriekelaar, du 9 au 11/11.

Viva la revolución

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène
La culture sixties exposée. ING Art Center
Beach Boys, Beatles, Stones, Janis Joplin ou Joni Mitchell: ils ont sué sur scène bien avant l’invention de l’iPod. Et même du walkman. Et même de toute technologie d’écoute portable. C’est pourtant leur bande-son qui vous accompagne dans le casque fourni à l’entrée de «Revolutions: Records and Rebels 1966-1970». L’expo londonienne, inaugurée au Victoria and Albert Museum, fait rugir ses riffs cet automne sur deux étages de l’ING Art Center. L’expo retrace la seconde moitié des sixties, dans la fureur des manifs pacifistes et des premiers mégafestivals. C’est aussi le moment de la naissance d’une véritable contre-culture et du balbutiement anti-consummériste, où le psychédélisme brandit ses couleurs au nez des ménagères. Vous y verrez la guitare de Pete Townshend, une lettre de McCartney ou un costume de Lennon, des affiches, des robes, des lives de concert et... la première souris. Quand le piège d’internet ne s’était pas encore refermé sur l’humain.

+ «Revolutions: Records and Rebels 1966-1970», jusqu’au 10 mars 2019 à l’ING Art Center, Place Royale à 1000 Bruxelles. 10h-18h du mardi au dimanche et jours fériés, ainsi que les lundis 24/12, 31/12 et 04/03. 10/12€ adulte, 6/8€ senior, 2/4€ étudiant, gratuit<18 ans

Tattoo tout t’à toi

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène
Des modèles du monde entier dévoileront leurs épidermes. Tattoo Convetion
Y a belle lurette que le tatouage ne concerne plus uniquement les marins et quelques marginaux prompt à se tatouer les prénoms de leur·e·s chéri·e·s successif·ve·s au poinçon encré. Im paraît même que le tatouage remplace tout doucement le parfum dans (ou plutôt «sur») le cœur des ados pour se dessiner une identité. Alors comme tous les business lucratifs (bagnole, vacances, maison...), le tatouage a désormais son salon. Ça se passe ce week-end à Tour& Taxis, au cours d’un feu d’artifice pétaradant. Les organisateurs semblent croire en effet qu’une personne tatouée doit nécessairement aimer grosses cylindrées, strip-tease et catch. L’événement s’accompagne donc de son cortège habituel de bizarreries et excentricités: défilé lingerie, show burlesque, pyrotechnie en bikini cuir, tuning, globe de la mort à moto ou bondage. Avec aussi cette année un volet «street» où le roller derby le disputera aux battles de graffiti. Au milieu de tout ce carnaval, des artistes tatoueurs du monde entiers viendront vous démontrer leur habilité au dermographe.

+ «International Brussels Tattoo Convention», du 9 au 11 novembre à Tour & Taxis, avenue du Port, de 10 à 18€ selon les formules.

150 ans de vélo à Bruxelles

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène
Vous pourrez poser en plein sprint devant l’Atomium avec Eddy, comme l’ont fait ces membres du groupe de rock «Les Chasse-Patate». Velomuseum / Facebook

Il y eut un jour un vélodrome à Bruxelles. Eh oui, les énigmatiques disciplines du kilomètre, du scratch, du Keirin, de l’américaine ou de la danoise n’ont pas toujours été cantonnées au mythique anneau gantois du Kuipke. Cette anecdote, on la récolte au Velomuseum, où vous cueillerez plein d’autres détails pour garnir votre musette à souvenirs. Comme le nom des ancestraux deux-roues conçus jadis à Bruxelles, avant les Velofabrik ou Ahooga actuels. Comme l’usage que faisaient du vélo les vedettes sportives du début du siècle... mais aussi les cultivateurs de chicons du XIXe. Comme les différences entre les vieux biclous de police et les fusées actuelles. Cadres et maillots vintage, clichés historiques, règlements d’époques (remontant à 1869!), montures royales ou militaires, sont sortis des archives de l’AMVB (Archives et Musée de la vie flamande à Bruxelles) pour remonter le temps... en selle.

+ «Velomuseum, 150 ans de vélo à Bruxelles», jusqu’au 27 janvier à l’AMVB, quai aux Pierres de Taille 28 à 1000 Bruxelles. Du lundi au vendredi de 9 à 16h, samedi et dimanche de 10 à 16h (fermé les 11/11, 22/12, 23/12 et du 24/12 au 01/01.

Où danser ce week-end?

Rayon musique enfin, deux événements ce week-end.

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène
-
Très couru dans sa version plein air, le Jam’in Jettes’abrite du froid (très relatif) de l’automne en inaugurant une première édition indoor. Ça se passe ce 10 novembre au Centre Culturel de Jette. Deux scènes et 6 groupes sont au programme, qui se lancera dès 19h15. La formule ne change pas: rythmes festifs entre world, folk et musiques urbaines, ainsi qu’une petite restauration «home made» et des boissons locales (8€).

Ce week-end à Bruxelles, vos kets vous font une scène
-
Plus branchée, et sans doute plus bondée, la Bozar Nightrevient éreinter ses dancefloors temporaires rue Ravenstein. L’affiche est comme toujours de très haute volée pour cette veille de férié qui tombe pour une fois un samedi soir. On groovera donc avec la star anglaise Daniel Avery et le très coté producteur et remixeur canadien Jacques Green. On citera aussi la remuante Française Coucou Chloé et la plus bruxelloise des Japonaises Golin. (12€, expos incluses)