Tueurs du Brabant: perquisition chez un ancien colonel de la gendarmerie; une marche blanche à Alost 33 ans après l’attaque du Delhaize

Tueurs du Brabant: perquisition chez un ancien colonel de la gendarmerie; une marche blanche à Alost 33 ans après l’attaque du Delhaize

Illutration BELGA

Alors qu’on apprend qu’une perquisition a été menée jeudi chez un ancien colonel de la gendarmerie, Gérard Lhost, à Beersel, dans le cadre de l’enquête sur les tueries du Brabant, une marche blanche se déroulera à Alost pour commémorer les 33 ans de l’attaque du Delhaize. .

Une perquisition a été menée jeudi chez un ancien colonel de la gendarmerie, Gérard Lhost, à Beersel, dans le cadre de l’enquête sur les tueries du Brabant, indiqué la VRT. Le résultat de l’opération n’est pas connu et personne n’a été interpellé.

Lors de la seconde commission parlementaire sur les Tueurs du Brabant, Gérard Lhost avait témoigné au sujet d’une influence de milieux d’extrême droite sur la gendarmerie. Il avait dirigé l’Escadron Spécial d’Intervention.

Le parquet fédéral, qui a mené la perquisition, n’a pas souhaité commenter l’information.

+ Découvrez notre webdoc sur les tueurs du Brabant

 

Une marche blanche à Alost

 

Tueurs du Brabant: perquisition chez un ancien colonel de la gendarmerie; une marche blanche à Alost 33 ans après l’attaque du Delhaize
- Photo News
Une marche blanche aura lieu le 9 novembre à Alost pour commémorer les 33 ans de l’attaque du Delhaize, qui avait fait huit morts. «Nous voulons que les choses changent quant à l’aide aux victimes dans notre pays, pas seulement pour les victimes des tueurs du Brabant, mais également pour celles de Marc Dutroux, de Zaventem ou de Maelbeek. Pour toutes les victimes», explique David Van de Steen, qui a perdu ses parents et sa soeur dans la tragédie du 9 novembre 1985.

L’initiative de la marche a été lancée à la suite de la première du film «Niet Schieten» (»Ne tirez pas»), qui raconte l’histoire de M. Van de Steen et de son grand-père. Ce sera un cortège silencieux «pour les victimes de la terreur et de crimes graves, contre la justice déliquescente et les affaires étouffées, contre le manque d’aide aux victimes», explique l’organisateur Michel Markey.

«Je n’ai plus beaucoup d’espoirs par rapport à l’enquête», se désole M. Van de Steen. «La seule chose qui peut encore changer est l’aide aux victimes. Il n’y a quasiment rien de prévu pour celles des tueurs, de Dutroux, de Zaventem, de Maelbeek. Si une nouvelle affaire surgit, ce sera la même chose pour les nouvelles victimes. Il faut un peu plus d’humanité dans le système. C’est aujourd’hui un labyrinthe de paperasses, alors que cela devrait être transparent.»

Jean Lambrechts, le père d’Eefje, ainsi que des victimes des attentats du 22 mars 2016 défileront à cette occasion.