Depuis des décennies, les pommes de terre font la réputation de la famille Evrard. «Mon grand-père paternel en vendait déjà à la ferme, entame Michel Evrard.

À l’époque, les gens faisaient beaucoup de provisions et les stockaient donc chez eux. Maintenant, les clients achètent en petite quantité.» Sept variétés, trois farineuses et quatre fermes, sont cultivées sur 15 hectares de terres. Des Bintje, Nicola ou encore Annabelle. Les premiers arrachages ont débuté au mois de juillet pour se terminer mi-octobre. Une partie de la production est déjà partie chez McCain, mais une autre reste à la ferme en vue d’être vendue sur place. Pour l’agriculteur, le local a en effet son importance. Impossible de s’imaginer vendre toute sa récolte aux grands groupes industriels. «Nos clients viennent ici pour le conseil. En fonction de ce qu’ils souhaitent faire de nos pommes de terre et en fonction de la saison écoulée, on peut les orienter vers l’une ou l’autre variété.» Cette saison-ci, vu la sécheresse, la récolte a été moins bonne que les années précédentes. On compte tout de même 30 à 40% de rendement en moins. Depuis une dizaine d’années, outre les 7 variétés de pommes de terre vendues en sacs de 5 et 10 kg, le magasin familial propose de nombreux autres produits de terroir. Les légumes bio d’Éric Evrard, le frère de Michel, ou encore les pommes du Verger de la Chise y trouvent une bonne place. À inverse, les pommes de terre de Nodebais sont vendues aux Carrefour de Hamme-Mille et de Corbais ainsi que dans les Match de Grez-Doiceau et Gembloux. «Pour ces magasins, nous avons récemment développé des sacs fermés de 3 kg. Raison pour laquelle, vu l’importance du travail, on va engager un ouvrier d’ici la fin de l’année», conclut Michel Evrard.

La Ferme Evrard, Chemin du Vivier St-Laurent 2, Nodebais – 010 86 60 69 www.ferme-evrard.be/ferme