Grève chez Aviapartner: «La confiance a totalement disparu»

Grève chez Aviapartner: «La confiance a totalement disparu»

- BELGA

«La confiance entre la direction et les syndicats a totalement disparu après ce week-end», a déclaré dimanche soir Laurent Levaux, président du Groupe Aviapartner, à Belga.

Le président de 62 ans s’est dit particulièrement mécontent du report de la réunion de conciliation, prévue initialement au matin, au début d’après-midi.

«Un représentant syndical m’a traité ouvertement de raciste qui ne veut pas travailler avec des Nord-Africains. Je trouve cela scandaleux. Nous employons beaucoup de travailleurs marocains», a par ailleurs pointé Laurent Levaux.

Le président du groupe dénonce également la tactique de la grève sauvage. «Nous ne pouvons pas nous armer contre cela. Dans d’autres pays où Aviapartner est actif, comme la France, l’Italie et l’Espagne, une telle chose n’est pas possible. Des grèves sauvages éclatent trop facilement et trop régulièrement à Brussels Airport. Pas seulement chez Aviapartner mais aussi chez Swissport, DHL, Belgocontrol et aux services douaniers.»

«Nous avons immédiatement fait des propositions au début de la grève. Trois jours plus tard, nous négocions encore. Nous avons perdu tout un week-end. Plus de 50.000 passagers sont laissés pour compte à Zaventem et ont vu leurs vacances hypothéquées. Pour nous, n’est pas une question d’argent mais de principe», poursuit-il.

«Pour les employés qui y avaient droit, nous avons payé une prime de 250 euros mercredi. Ce bonus avait été convenu précédemment avec les syndicats. Le lendemain, la grève a éclaté et les syndicats mettent maintenant sur la table des propositions pour de nouvelles primes», dénonce encore Laurent Levaux.

Aviapartner souhaite par ailleurs aller au-delà des 30 contrats permanents proposés lors des négociations. «Un contrat temporaire de six mois attend 78 employés temporaires. La seule condition est qu’ils travaillent pour nous depuis deux mois.»

Depuis jeudi, des centaines de vols ont été annulés à Brussels Airport alors que les vacances de la Toussaint ont débuté et que nombre de vacanciers souhaitaient s’envoler vers d’autres cieux. Dimanche, 150 vols sur les 550 prévus ont été supprimés.