BRUXELLES

Le plan régional d’économie circulaire a déjà accompagné 222 entrepreneurs et financé 139 idées d’entreprises

Le plan régional d’économie circulaire a déjà accompagné 222 entrepreneurs et financé 139 idées d’entreprises

Le PREC a été signé en 2016 par Gosuin, Laanan et Fremault. EdA - JUlien RENSONNET

La Région bruxelloise a concrétisé la moitié des cent onze mesures du Programme régional d’Économie circulaire (PREC) lancé il y a deux ans. C’est ce qu’annonce Gosuin.

La Région bruxelloise a concrétisé la moitié des cent onze mesures du Programme régional d’Economie circulaire (PREC) lancé il y a deux ans, s’est félicité mercredi le ministre bruxellois de l’Economie, Didier Gosuin, lors de la rencontre annuelle #becircular.

La capitale a été l’une des premières régions en Europe à se doter d’un programme de soutien à l’économie circulaire, en 2016. À ce jour, «50% des mesures ont déjà été réalisées», s’est réjoui Didier Gosuin.

Les différents outils mis à disposition par la Région «ont permis d’accompagner 222 entrepreneurs en 2016 et 2017, alors que l’objectif initial était de parvenir à 220 d’ici 2019», a-t-il ajouté.

139 idées d’entreprises

Les appels à projets lancés dans le cadre du PREC ont également contribué à financer 139 idées d’entreprises pour un total de 8,3 millions d’euros et plus de 1.200 opérateurs économiques ont été sensibilisés à l’économie circulaire.

En mai dernier, la Région a par ailleurs lancé «circlemade.brussels», un premier «cluster», ou espace d’échanges, destiné à fédérer les acteurs, développer des collaborations et faciliter la conquête de nouveaux marchés. Trentre entreprises en sont actuellement membres.

«L’évaluation de mi-parcours du PREC souligne une fois de plus à quel point la Région bruxelloise est pionnière en matière d’économie circulaire», selon la ministre régionale de l’Environnement, Céline Fremault, qui concède toutefois qu’il «reste du pain sur la planche». «Nous devons renforcer l’ancrage local à l’échelon communal et encourager le développement de synergies avec d’autres secteurs et compétences régionales comme la mobilité», poursuit-elle.

Pour la secrétaire d’État à la Propreté publique, Fadilaa Laanan, également compétente en la matière, «nous devons continuer à développer de manière innovante des filières de traitement d’économie circulaire comme cela se fait à Recy K». Cette plateforme, située à Anderlecht, est spécialisée dans la réutilisation, la réparation, le réemploi et le recyclage de déchets ainsi que dans la formation et la réinsertion socioprofessionnelle. «Ce type de structure permet de concrétiser des mesures qui, jusqu’ici, restaient encore très théoriques», estime Lanaan.