FOOTBALL

Footballgate: le juge d’instruction Raskin ne se retire pas du dossier, la cour d’appel tranchera

Footballgate: le juge d’instruction Raskin ne se retire pas du dossier, la cour d’appel tranchera

L’avocat de l’arbitre Bart Vertenten a demandé la récusation du juge d’instruction Joris Raskin. BELGA/JASPER JACOBS

Le juge d’instruction de Tongres Joris Raskin, qui fait l’objet d’une procédure en récusation entamée par la défense de l’arbitre Bart Vertenten dans le cadre de l’enquête pour blanchiment, corruption et organisation criminelle dans le milieu du football belge, a décidé de ne pas faire lui-même un pas de côté dans cette affaire. L’information est communiquée mardi par le parquet du Limbourg.

Hans Rieder, avocat de Bart Vertenten, inculpé dans cette affaire, avait demandé la récusation du juge d’instruction Raskin car ce dernier a fait partie, jusqu’à il y a peu, de la Commission des licences de l’Union belge de football. Joris Raskin a cependant décidé, mardi, de ne pas se retirer du dossier.

Conformément à ce qui est prévu par la loi, la demande de récusation introduite par la défense de Vertenten va donc être transmise à la cour d’appel d’Anvers, qui prendra une décision endéans les huit jours, précise le magistrat de presse du Limbourg Jeroen Swijsen. Un éventuel pourvoi en cassation sera encore ensuite possible.

Un juge d’instruction remplaçant peut, si nécessaire, ordonner d’autres devoirs d’enquête. La comparution de Peter Maes, l’entraîneur de Lokeren, a par exemple eu lieu devant quelqu’un d’autre que Joris Raskin. La procédure concernant ce juge d’instruction est en effet indépendante de l’enquête judiciaire en cours et l’homme de justice peut se faire remplacer. Celui qui reprend temporairement le dossier peut alors prendre toutes les mesures nécessaires, explique-t-on au parquet du Limbourg.

Mardi dernier, lors de la comparution des différents inculpés devant la chambre du conseil, l’avocat de Bart Vertenten avait déjà fait part de son mécontentement face à la présence de Joris Raskin au sein de la commission des licences de l’Union belge de football. Hans Rieder avait alors reproché un conflit d’intérêt au juge d’instruction. «Comment quelqu’un qui est lié à l’Union belge peut-il décider du maintien en détention de mon client, qui y a un contrat comme employé? «, se demandait-il.

Depuis lors, l’enquête sur ce dossier s’est poursuivie. Neuf personnes sont derrière les barreaux depuis près de deux semaines: les agents de joueurs Mogi Bayat et Dejan Veljkovic, ainsi que la compagne de ce dernier Marija Bogojevska, mais aussi l’arbitre Bart Vertenten, l’ancien avocat Laurent Denis, deux membres de la direction du FC Malines et les agents Karim Mejjati et Dragan Siljanoski. Les chefs d’accusation actuels vont de l’appartenance à une organisation criminelle au blanchiment d’argent, en passant par la corruption et le trucage de matchs.