Arrestation d’un violeur en série à Charleroi: la police recherche ses complices et d’autres victimes

La police a arrêté un violeur en série à Charleroi. La police recherche d’autres victimes et les complices de l’homme.

Un homme de 49 ans a été arrêté au mois d’août dernier pour le viol de deux adolescentes de 13 et 17 ans, survenus en 2015 et 2017. Son ADN a permis son identification. Les forces de l’ordre recherchent les complices qui ont participé à ces abus sexuels, mais également d’autres victimes potentielles.

Le premier fait remonte à la nuit du 26 août 2015, a indiqué le procureur du roi de division, Vincent Fiasse, lors d’une conférence de presse. Une jeune fille de 13 ans, en fugue, a été accostée à la gare de Charleroi-Sud par le suspect qui l’a convaincue de monter dans son véhicule. L’adolescente a été emmenée dans un appartement où elle a été violée, à tout le moins, par l’individu et un complice.

Le 26 juin 2017, un fait au modus operandi similaire a été commis à Charleroi. Une jeune fille de 16 ans qui se trouvait au café «El Gringo», sur le boulevard Bertrand, s’est sentie mal et est sortie de l’établissement pour se rendre dans un magasin. En chemin, un automobiliste l’a invitée à monter dans sa voiture. La victime a été emmenée dans un appartement de Leernes où elle dit avoir été abusée par quatre hommes. Ceux-ci agissaient à visage découvert, mais l’adolescente, sous l’emprise d’alcool ou droguée par un tiers, n’a pu les décrire.

D’autres victimes ?

«Récemment, les enquêteurs ont pu faire le lien entre ces deux affaires», indique Vincent Fiasse. «L’ADN d’un suspect a été relevé dans les deux cas et il a été placé sous mandat d’arrêt en août dernier. Il s’agit d’un homme de 49 ans, chauve et parlant le turc. Il est possible que d’autres personnes aient été victimes de faits similaires. Nous les invitons donc à contacter la police ou le parquet de Charleroi pour se signaler.»

Le suspect, dont le mandat d’arrêt a déjà été prolongé par la chambre du conseil, nie les faits. Il semble toutefois peu crédible en affirmant avoir été trompé sur l’âge de la première victime, âgée de 13 ans. D’autres devoirs d’enquête sont menés afin d’identifier ses complices.