Le 10 octobre, on a appris que la police mène depuis des mois une vaste enquête dans le monde du football belge. Vingt personnes sont inculpées (soupçonnées). Explications.

L’affaire qui secoue le monde du football belge a été révélée le 10 octobre par la presse (les journaux, la télé, la radio, Internet). Mais l’enquête était en cours depuis fin 2017. Des transactions financières (des paiements) suspectes (qui posent problème) avaient été observées par les autorités dans la Division 1A (le groupe des meilleurs clubs belges).

Le 10 octobre, le scandale éclate car 44 perquisitions (fouilles) sont menées par la police dans des clubs et au domicile (le lieu d’habitation) de certaines personnes, 29 personnes sont interrogées.

20 inculpations

Vingt personnes sont finalement inculpées. Elles sont soupçonnées d’avoir participé à des activités illégales (interdites par la loi). On parle de fraude financière (de tricherie sur l’argent), de corruption (lorsqu’on essaie d’acheter l’honnêteté de quelqu’un avec des cadeaux ou de l’argent), de blanchiment d’argent (dissimuler d’où vient l’argent parce qu’on l’a gagné de manière illégale pour le réutiliser dans des activités légales) et de matchs truqués (matchs dont le résultat a été volontairement manipulé).

Parmi les accusés, il y a des agents de joueurs (personnes dont le métier, c’est de s’occuper de la carrière et des transferts des joueurs), des arbitres, des responsables de clubs, un avocat... Sur les 20 personnes inculpées, cinq sont en prison et quatre sont placées sous bracelet électronique (doivent rester chez elles avec un bracelet qui contrôle électroniquement leurs déplacements).

Agents de joueurs

L’enquête tourne autour de deux agents de joueurs importants du football belge: Mogi Bayat et Dejan Veljkovic. Le premier aurait effectué des manipulations frauduleuses (interdites) lors de transferts de joueurs (quand des joueurs changent de club) pour augmenter ses gains. Le second est accusé d’avoir effectué des constructions financières avec certains clubs belges (Malines, le FC Bruges, Lokeren, Genk et le Standard). De l’argent aurait ainsi échappé aux autorités belges et aurait été envoyé à l’étranger. Au passage, l’agent aurait augmenté ses gains.

Dejan Veljkovic est aussi soupçonné d’avoir influencé le résultat de deux matchs comptant pour le championnat de Belgique de la saison 2017-2018: Antwerp-Eupen et Malines-Waasland-Beveren. Le but? Aider le FC Malines, où se concentre une grande partie de ses affaires, à rester en division 1. Dejan Veljkovic aurait pris contact avec des joueurs de Waasland-Beveren et aussi avec deux arbitres, Sébastien Delferière et Bart Vertenten, pour que leurs décisions soient favorables à Malines. Les deux arbitres sont suspendus (ils ne peuvent plus arbitrer) par la fédération belge de football.

La justice poursuit maintenant son travail d’enquête. Ce scandale montre comment le monde du football peut être sali par l’argent et combien certains agents de joueurs ont du pouvoir.

Le sondage de la semaine