ÉLECTIONS 2018

Quelles coalitions dans les communes de la région du Centre?

Quelles coalitions dans les communes de la région du Centre?

À Ecaussinnes, la future majorité est connue… Et elle a rendu furax ceux qui n’en sont pas. BELGA

Dans plusieurs communes de la région du Centre, une coalition s’avère nécessaire pour permettre de constituer une majorité. À Ecaussinnes, un accord est déjà signé.

Si dans certaines communes le résultat des urnes a été implacable, donnant une liste gagnante avec une majorité absolue confortable, des négociations sont nécessaires dans d’autres pour aboutir à une majorité. État des lieux.

C’est déjà bouclé

 

Ecaussinnes: Ensemble dans les cordes

 

À Ecaussinnes, les jeux sont faits et c’est une nouvelle déconfiture pour Sébastien Deschamps. Sa liste Ensemble a été plébiscitée par les Ecaussinnois puisqu’elle a gagné 8%, lui permettant d’empocher 10 sièges sur 21.

Il ne lui manquait qu’un siège pour obtenir la majorité absolue, et ce siège lui coûte cher puisqu’Ensemble cirera encore six ans les bancs de l’opposition!

Ensemble avait entamé des négociations avec Écolo, autre gagnant du scrutin à Ecaussinnes. «Malgré de bons contacts avec notre groupe, Écolo a décidé de mettre en application l’accord préélectoral qu’il avait conclu avant les élections avec VÉ (NDLR: Vivre Écaussinnes, PS) et MR-CH», réagit Ensemble dans un communiqué.

«Écolo balaie toutes ses valeurs éthiques pour partir avec les deux partis perdants, bafouant ainsi le signal lancé par l’électeur écaussinnois», fulmine Ensemble.

Pour Sébastien Deschamps, ce revers est d’autant plus douloureux qu’il a connu le même scénario il y a six ans…

Chez Écolo, on justifie le choix de rempiler avec les partenaires actuels en mettant en avant des convergences dans les programmes et les projets . C’est donc l’équipe sortante qui rempile et Xavier Dupont redevient bourgmestre, ayant obtenu le meilleur score de la liste la plus populaire du futur pacte de majorité.

Mais il faudra se serrer les coudes puisque la majorité ne tient qu’à un siège…

 

 

Le futur Collège communal

 

Bourgmestre, Xavier Dupont (Vivre Ecaussinnes)

Finances, enseignement, état civil, jumelages, cultes et laïcité, fonction publique, sécurité, police, zone de secours

1er échevin, Arnaud Guérard (Écolo)

aménagement du territoire, urbanisme, environnement, énergie et climat, développement durable et participation citoyenne

2e échevine, Véronique Sgallari (En Marche/MR-CH)

commerce, emploi, PME, petite enfance, seniors, agriculture, ADL, bien-être animal, santé et personnes handicapées

3e échevin, Dominique Faignart (Vivre Ecaussinnes)

culture, tourisme, patrimoine, folklore

4e échevin, Philippe Dumortier (Vivre Ecaussinnes)

travaux, mobilité

5e échevin, Julien Sluys (Écolo)

sports, jeunesse, communication, lutte contre les discriminations, informatique

présidente du CPAS, Muriel Van Peetersen (Écolo)

logement, affaires sociales

Vu la composition du collège, on peut comprendre qu’Écolo a privilégié une telle alliance: Ensemble ne lui aurait sans doute pas laissé près de la moitié des postes.

 

+ Les résultats à Ecaussinnes

 

Soignies: PS et MR se remarient

 

À Soignies, ça a été vite pour trouver un accord. La bourgmestre socialiste Fabienne Winckel est sortie renforcée du scrutin et a permis au PS d’obtenir un de ses meilleurs résultats dans la capitale de la pierre bleue.

Au conseil, le PS gagnait deux sièges, tandis que son partenaire libéral en perdait deux. C’est vers lui que Fabienne Winckel s’est tournée pour poursuivre le travail à la tête de la commune, le rapport de force vis-à-vis de l’opposition n’ayant pas changé.

Au grand dam de François Desquesnes, tête de liste d’Ensemble (cdH), frustré que le PS n’ait pas voulu discuter avec lui. Un élargissement de la majorité à Écolo n’a pas été envisagé dans la mesure où les verts ne gagnent pas de sièges à Soignies.

Du côté du Collège, 4 postes devraient échoir au PS et 3 au MR. En se référant aux voix de préférence, outre Fabienne Winckel, bourgmestre incontestable, on devrait y retrouver Hubert Dubois (PS), Marc de Saint-Moulin (PS), Marc Verslype (MR), Carinne Delhaye (PS), Louis-Philippe Borremans (MR) et Stève Flament (MR).

À noter que Fabienne Winckel est également députée fédérale. Elle ira au bout de son mandat, mais se consacrera ensuite à 100% à Soignies, promet-elle.

+ Les résultats à Soignies

 

Braine-le-Comte: MR et PS poursuivent l’aventure

 

A Braine-le-Comte, la chute de «BRAINE», liste MR emmenée par le bourgmestre Maxime Daye aurait pu ouvrir le jeu. Ce dernier perdait cinq sièges et la majorité absolue, ce qui ouvrair la porte à des discussions avec les autres partis.

Autre fait notable, Ecolo cassait la baraque en frôlant les 20% et devenait le 2e parti, devant le PS. Mais ceux qui rêvait d’une majorité MR-Ecolo ont dû vite déchanter. «Après réflexion et analyse, nous avons proposé au PS de poursuivre le travail ensemble», a indiqué le bourgmestre sortant Maxime Daye.

Ce lundi soir, le PS a avalisé en assemblée générale cette proposition de reconduction de l’alliance MR-PS, qui dure depuis 18 ans. Le PS décrocherait deux échevinats et la vice-présidence du CPAS.

C’est désormais au MR de se prononcer en assemblée générale. C’est samedi qu’elle avalisera sans doute ce nouvel accord de majorité, qui réunira 18 des 27 sièges du conseil communal.

+ Les résultats à Braine-le-Comte

C’est en discussion

 

La Louvière: aucune exclusive

 

Dans la cité des Loups, si le PS a sauvé sa majorité absolue par la grâce de la clé de répartition des sièges, l’échiquier politique a été bouleversé par la montée du PTB, devenu deuxième parti de la cinquième ville de Wallonie, et qui a été le seul parti à progresser.

Dès lors, difficile de continuer comme si rien ne s’était passé. La prolongation de la majorité PS-MR n’est qu’une option parmi d’autres, a confirmé le bourgmestre Jacques Gobert. Hier, le PS louviérois confirmait que le bourgmestre rencontrerait les autres formations politiques qui composeront le prochain conseil communal, «sans aucune exclusive», afin d’aborder avec elles l’éventualité d’un accord de majorité.

Le PTB sera donc la première formation consultée. Et ensuite seulement viendront les trois autres partis que sont le MR, Plus & cdH et Écolo, qui tous veulent mettre le PTB face à ses responsabilités. Si le PTB n’accepte pas les propositions du PS, «alors seulement nous pourrions entrer en ligne de compte», estimait Didier Crémer (Écolo) dans les colonnes de Sud Presse.

Au PS, on se donne 15 jours pour faire le tour des chapelles et prendre ensuite une décision en assemblée générale. Qui de toute façon peut gouverner seul, même si ce n’est pas l’option privilégiée par le bourgmestre sortant.

+ Les résultats à La Louvière

 

Seneffe: pourparlers ouverts malgré la large victoire

 

À Seneffe, la bourgmestre sortante Bénédicte Poll s’est imposée sans conteste, obtenant un score personnel inédit dans la commune et la majorité absolue (11 sièges sur 21). Bénédicte Poll a néanmoins choisi de discuter avec des partenaires potentiels, à savoir AC +, son partenaire actuel, mais aussi Écolo, autre grand gagnant du scrutin.

Les négociations sont en cours, la prochaine majorité devrait être connue mercredi.

+ Les résultats à Seneffe

 

Estinnes: trois options sur la table

 

À Estinnes, EMC, la liste emmenée par la bourgmestre sortante Aurore Tourneur a enregistré un recul de plus de 4%, mais a sauvé de justesse sa majorité absolue. Elle pourrait repartir seule, mais sa position serait fragile. Elle en a fait les frais à la moitié de sa mandature écoulée, devant conclure une alliance avec le MR pour garder la main.

L’option privilégiée est donc celle d’une nouvelle alliance. Avec qui? C’est la grande question. Le MR, son partenaire actuel, s’est pris une douche froide, perdant la moitié de ses conseillers communaux. Génération Pluraliste, liste à tendance PS, pourrait tirer à vue sur cette «majorité de perdants».

De son côté GP a été la seule liste à la fête dimanche soir, progressant de plus de 10%. Une alliance EMC-GP serait donc celle respectant le plus les souhaits de l’électeur. Mais cela aurait pour effet collatéral de réduire l’opposition à deux conseillers…

+ Les résultats à Estinnes

 

Binche: Laurent Devin a le temps

 

À Binche, le PS de Laurent Devin est un exemple de stabilité, enregistrant 57% en 2018 pour 57,04% en 2012. Autant dire que les rapports de force n’ont pas beaucoup bougé dans la Cité du Gille.

Ce qui devrait inciter Laurent Devin à prendre son temps pour décider si le PS y va seul ou s’il prolonge pour six ans le couple qu’il forme avec le MR. MR devenu MR-CI depuis l’intégration du cdH et de «citoyens d’ouverture» et qui serait partant pour rempiler, afin de mener à bien les projets qu’il a contribué à initier.

S’il n’a progressé que de 2%, le groupe de Jérôme Urbain a gagné 2 conseillers communaux supplémentaires, montant à cinq, ce qui lui permet de faire jeu égal avec Union.

+ Les résultats à Binche

 

Manage: le bourgmestre réfléchit

 

Avec 23 sièges sur 27, l’idée d’ouvrir la majorité à un partenaire ne devrait même pas effleurer Pascal Hoyaux, bourgmestre PS sortant de Manage. Et pourtant, il y pense. Pourquoi? Parce que le PS manageois est miné par les tensions existant entre lui et le 1er échevin sortant Bruno Pozzoni.

Faire entrer un partenaire extérieur pourrait permettre de calmer cette guerre fratricide, que Pascal Hoyaux a brillamment remportée par la voie des urnes. Cette option d’ouverture doit être discutée au sein du parti. Les partenaires potentiels seraient alors le MR (3 sièges), UPM (1 siège) et Ecolo (1 siège)