COMMUNALES 2018

VIDÉO | Demeyer veut une alliance «la plus à gauche possible» à Liège: sincère ou stratégique?

Willy Demeyer annonce la couleur: le bourgmestre sortant de Liège privilégie une coalition avec les écologistes et/ou le PTB. Mais derrière cette déclaration se cache sans doute l’art de ménager la chèvre et le chou.

Le PS est toujours le parti n° 1 à la Ville de Liège. Il ne compte toute fois plus que 17 sièges, soit 5 de moins par rapport au scrutin de 2012. «C’est un recul significatif», a reconnu Willy Demeyer sur les antennes de Bel-RTL ce mardi matin. Un recul qu’il explique non pas par le scandale Publifin par exemple mais à des facteurs extérieurs tels le «sous-financement» de la ville et des «problèmes de mobilité».

Les socialistes ont la main pour former la prochaine coalition au pouvoir dans la cité ardente. Le MR arrive en deuxième position avec 10 sièges, mais les libéraux n’ont pas les faveurs du bourgmestre sortant. «Nous cherchons à avoir l’alliance la plus à gauche possible. Donc nous allons commencer avec les partis dits ‘de gauche’.»

Le MR sera donc reçu par Demeyer après le PTB et Vert Ardent (Écolo), grands gagnants à Liège.

Cette volonté affichée de Willy Demeyer correspond finalement à la tendance exprimée par les électeurs liégeois, ce dimanche. Ceux-ci ont massivement voté tantôt pour la gauche, tantôt pour des partis écologistes. C’est ainsi que le futur conseil communal comprendra 35 sièges sur 49 occupés par des élus rouges et/ou verts: 17 PS, 9 PTB, 8 Vert Ardent et 1 Vega.

En fin stratège qu’il est, comment le bourgmestre liégeois pourrait-il rester sourd au message envoyé par les électeurs?

Faut-il quand même s’attendre à une majorité PS-MR?

Toutefois, cette posture pourrait aussi lui permettre de rejeter l’échec des négociations sur Vert Ardent et le PTB, le cas échéant. «Nous souhaitions une majorité de gauche, mais les prétentions des autres partis étaient démesurées», pourra-t-on sans doute lire entre les lignes.

Willy Demeyer pourra alors défendre devant ses électeurs le choix «plus sage» d’une solide majorité PS-MR de 27 sièges, qui correspondrait moins aux attentes de l’électorat liégeois, mais serait accueillie comme un gage de stabilité. À tout le moins, par rapport à de potentielles majorités avec des formations de gauche/écologistes moins expérimentées, plus fougueuses et revendicatives.

Il reste à savoir quel scénario s’écrira à la Violette. Les réponses arriveront dans les jours qui viennent.