Enjeux, présentation des listes...

BRUXELLES

RainbowHouse propose aux citoyens d’appréhender les élections sous l’angle LGBT

RainbowHouse propose aux citoyens d’appréhender les élections sous l’angle LGBT

BELGA

L’association de défense des LGBTQI+ RainbowHouse a sondé les listes communales bruxelloises afin de déterminer l’engagement de celles-ci sur les thématiques liées à la diversité des orientations sexuelles.

En vue des élections de dimanche, elle publie les réponses de chaque parti et invite les électeurs à les consulter pour se forger une opinion avant de rejoindre l’isoloir.

La Belgique possède en la matière l’un des arsenaux législatifs les plus avancés d’Europe. Mais circuler librement en rue ou effectuer certaines démarches administratives n’est toujours pas chose aisée lorsque l’on est lesbienne, gay, bisexuel, transgenre, queer ou intersexe.

«Se revendiquer ‘LGBT friendly’, c’est bien, mais nous souhaitons à présent que les communes passent à l’action», pointe Hammadi Oumayma, de RainbowHouse. C’est pourquoi l’association a envoyé un questionnaire d’évaluation aux partis qui se présentent aux élections. Les citoyens peuvent consulter leurs réponses par commune sur le site de l’organisme et se faire ainsi une idée de l’engagement politique de chaque parti pour les droits de la communauté LGBTQI+.

Les partis qui ont démontré le plus grand intérêt pour l’initiative et sont «les plus avancés» sur les questions altersexuelles, selon RainbowHouse, sont Ecolo et Groen. Viennent ensuite le PTB, le PS et le sp.a, suivis par la liste Gauches Communes de Saint-Gilles. Le parti citoyen Plan B de Bruxelles-Ville s’est également prêté à l’exercice.

Le MR et le CD&V ont pour leur part adressé une réponse unique pour l’ensemble de la Région bruxelloise, «ce qui n’était pas le but du jeu puisque chaque commune a sa réalité et mène ses propres projets», souligne Mme Oumayma. Défi, la N-VA et l’Open Vld n’ont quant à eux pas répondu aux sollicitations de l’association.

Le questionnaire interpelle par exemple les candidats sur la nomination d’un(e) échevin(e) de l’Égalité des chances, sur la formation du personnel communal pour l’accueil des personnes LGBTQI+ ou encore sur l’invisibilité de la communauté dans l’espace public.

Les revendications de la coupole sont publiques depuis la Belgian Pride de mai, qui entendait s’adresser aux autorités locales.