Julie Chantry, bourgmestre

Si succéder à Jean-Luc Roland (Écolo) représente un réel défi, la voie semble toutefois royale pour que Julie Chantry devienne la première femme bourgmestre d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. EdA

Découvrez ce dimanche 14 octobre 2018 les résultats des élections communales à Ottignies-Louvain-la-Neuve. Le bourgmestre sortant est Jean-Luc Roland (Écolo). Les principaux candidats têtes de liste sont Julie Chantry (Écolo), Cédric du Monceau (Avenir), Bénédicte Kaisin (OLLN 2.0-MR) et Annie Galban (PS).

 

 

Tous les bureaux ont été dépouillés à Ottignies-Louvain-la-Neuve. La majorité sortante, Ecolo, Avenir, PS, conserve sa majorité : Ecolo obtient 27,6% des voix et 10 sièges, en diminution en termes de voix mais pas de sièges par rapport à 2012 ; Avenir a 19,3% et 7 sièges, en augmentation; le PS glane 10,8% et 3 sièges, en baisse. Au final, la majorité garde 19 sièges sur 31 au conseil communal. OLLN 2.0 obtient 25,2% et 9 sièges, soit une importante baisse de 8,8% et de 3 sièges. De plus, les libéraux ne représentent plus la première force de la localité. Enfin, Kayoux obtient 7,6% et deux sièges. Un très beau résultat pour une liste citoyenne qui se lançait pour la première fois en politique. Notons aussi que DéFI (3,7%), Locale (3,3%) et le PP (2,5%) n'entreront pas au conseil communal.

 
Ecolo est à nouveau le premier parti de la coalition devant Avenir et le PS. Restait une inconnue : qui a obtenu le plus de voix de préférence chez les Verts. Et là, pas photo, Julie Chantry est loin devant tout le monde : 1752 voix contre 571 pour David da Câmara, le second score chez les Verts. Julie Chantry succède donc à Jean-Luc Roland à la tête d'Ottignies-LLN.

Déception du côté d'OLLN 2.0

Dans l'opposition depuis 2000, OLLN2.0 continuera à user les bancs de la minorité. Les libéraux ont perdu 3 sièges par rapport à 2012 et ne représentent plus la première force politique d'Ottignies-LLN. "C'est évident, nous sommes déçus. Nous avions voulu proposer une alternative démocratique mais on entend les résultats : les habitants cautionnent la reconduction de cette majorité (NDLR : Ecolo, Avenir, PS) qui avait, à nouveau, signé un préaccord électoral. On en prend acte et on va continuer à mener une opposition constructive et à jouer notre rôle de contrôle démocratique de la majorité", réagit la tête de liste Bénédicte Kaisin.

De son côté, Renaud Deveen, tête de liste DéFI, est aussi déçu : les 3,7% obtenus ne permet pas aux amarantes d'avoir un siège. "Nous n'étions pas présents en 2012, on peut donc dire qu'on fait +3,7%. On va poursuivre notre travail pour accroître notre visibilité. Cela ne change en rien notre motivation." Et de donner rendez-vous en 2024, pour les prochaines élections communales.


"Je visais les étoiles, j'ai atteint la lune" 
 
Cédric du Monceau, tête de liste Avenir, partage un double sentiment. "Il faut tout d'abord se réjouir. Sur les quatres grosses listes, Avenir est la seule qui augmente (elle passe de 5 à 7 sièges). Mais je visais les étoiles car je pensais avoir la maturité pour devenir bourgmestre (NDLR: il espérait inverser le rapport au sein de la coalition Ecolo, Avenir, PS qui avait, à nouveau, signé un préaccord électoral), et j'ai finalement atteint la lune car mon équipe sort renforcée de ce scrutin." Maintenant (20h45), il attend de voir qui sera bourgmestre au sein d'Ecolo mais une chose semble sûr, Avenir aura davantage de postes d'échevins au sein du collège communal.
 

"Un siège, c’était jouable, mais deux?!" 
 
Kayoux obtient deux sièges : un magnifique résultat pour cette liste citoyenne qui se présentait pour la première fois. « C’est une bonne nouvelle. Un siège, c’était jouable, mais deux?! Je remercie ceux qui nous ont fait confiance. C’est un signal très fort des électeurs : ils ont envie de participer à la chose publique non pas tous les six ans mais au quotidien », témoigne Raphaële Buxant, l’une des deux élues Kayoux avec Géraldine Pignon.
 
La liste citoyenne dont le programme était la méthode mettra donc son assemblée citoyenne délibérative en route. « En tant qu’élues, nous serons les porte-parole de cette assemblée au conseil communal. Symboliquement, ce serait fort si on pouvait organiser ces assemblées à la maison communale et à l’antenne communale. Après deux ans, nous céderons la place à d’autres Kayoux. Nous aurons donc 6 élus sur toute la mandature. Nous voulons réenchanter la politique avec des méthodes participatives déjà expérimentées et qui reviennent en Europe », conclut l’élue Kayoux.

 

"Je lâche le témoin avec une grande sérénité" 
 
"On baisse un peu mais on devient la première force politique, c’est formidable, témoigne Jean-Luc Roland, bourgmestre sortant (Écolo). De plus, la majorité est plus forte. Pour Julie (Chantry), les conditions sont idéales pour assurer une nouvelle phase de la vie de la commune."
 
Le bourgmestre sortant sait toutefois les défis qui attendent la nouvelle équipe, notamment en termes de participation : "Kayoux fait un beau résultat (2 élus), c'est indéniable. C'est un signal fort des électeurs qui demandent de renforcer les processus participatifs. On est toutefois reconnu dans cette attente même s'il faudra travailler à de nouvelles formes de participation."
 
Quant à OLLN 2.0, "je ne m'attendais pas à une telle baisse (les libéraux passent de 12 à 9 sièges). Ils n'ont pas trouvé leurs marques dans cette campagne qui, je tiens à le souligner, est restée très correcte tant sur le fond que sur la forme."
 
Et Jean-Luc Roland de résumer : "Je suis soulagé et grandement satisfait au vu des résultats. Je lâche le témoin avec une grande sérénité."
 


Nos dernières videos