BUZZ

À «grossier personnage», il répond «petite garce» mais pour Firket, rien de sexiste

À «grossier personnage», il répond «petite garce» mais pour Firket, rien de sexiste

Michel Firket, cdH EdA Hermann

Sur Facebook, Diana Nikolic a laissé exploser sa colère. Sa colère d’être une femme, une fois encore victime de propos sexiste. Lors du conseil communal, elle s’est fait traitée de «petite garce» par l’échevin Michel Firket, qui minimise ses propos.

C’est une nouvelle polémique qui entache une fois encore le petit monde politique. Ce mardi, alors que s’achevait au Ramada Plaza, quai Saint-Léonard, un débat portant sur le tourisme, la conseillère MR Diana Nikolic a été traitée de «petite garce» par un échevin de la ville de Liège.

Le soir même, Diana Nikolic se fendait d’un long post facebook dans lequel, sans citer aucun nom, elle exprimait tout son mécontentement.

«On sortait d’un débat pré-électoral. Nous étions 5 candidats de 5 partis différents. J’étais la seule femme. Je suis la seule que cet Echevin a régulièrement interrompue et raillée devant tout le monde. J’ai mis ça sur le compte de nos échanges parfois houleux au Conseil communal. Je connais mes dossiers et je ne lâche rien. Forcément, c’est contrariant. Je ne me suis pas laissée démontée, j’en ai vu d’autres. A l’issue du débat, je suis quand même allée lui dire qu’il avait été grossier. C’est exactement le terme que j’ai utilisé: grossier. Aucune insulte. Il a minimisé et il a conclu sur un petite garce. C’était dit avec le sourire et une tape amicale dans le dos… mais ça n’a cessé de me trotter en tête depuis. Petite garce».

Dans ce post, la conseillère MR dénonce le sexisme, encore beaucoup trop présent dans la sphère politique. Liké par presque 500 personnes, et partagé plus de 70 fois sur la plateforme, nombreux sont ceux qui soutiennent la conseillère.

Pour Michel Firket, par contre, contacté par Sudpresse, aucune connotation sexiste à voir dans ses propos, mais juste une maladresse qui s’explique. «Elle m’a dit que j’étais un grossier personnage, j’ai pris ça comme une injure, je lui ai répondu ‘petite garce’ avec une petite tape amicale dans le dos, c’est un mot maladroit mais qui est la réponse à une injure comme pour dire ‘petite méchante on ne dit pas ça’. Au conseil communal, elle a la dent très dure et est agressive c’est dans ce sens que j’ai utilisé ce mot».

Pour lui, toujours selon Sudpresse, l’affaire «prend une ampleur disproportionnée, elle saute sur l’occasion pour exploiter une situation et surfer sur l’ère du temps de manière infondée!»

Une réponse qui n’a visiblement pas plu à la principale intéressée qui a partagé l’article de Sudpresse sous son post avec comme commentaire : «MERCIII à tous pour vos messages! ça fait du bien au moral! D’autant qu’il y a encore du boulot apparemment».