RAIL

Modernisation informatique: IBM en recours contre la SNCB

On a appris, hier, qu’une réclamation avait été introduite par IBM au conseil d’état contre l’adjudication par la SNCB du projet «Sprite» au groupe TCS.

Une enquête va dès lors être lancée pour vérifier la validité de la procédure.

Comme nous l’expliquions dans nos éditions du 10 septembre, ce projet vise à moderniser le pôle informatique de la SNCB. L’appel d’offres concernait un contrat-cadre de 7 ans d’un montant variant entre 195 millions et 277 millions d’euros.

Outre le développement de nouvelles applications et la transformation des applications existantes pour plus d’efficacité, le contrat «Sprite» vise aussi des services de stockage Cloud, la cybersécurité et tout un plan de transformation des services d’infrastructure informatique de la SNCB.

Pour rappel, TCS est une filiale du groupe indien Tata; entreprise de renommée mondiale, elle livre des services de consultance informatique. Elle est cotée à la bourse de Bombay et réalise un chiffre d’affaires de quelque 19 milliards de dollars.

Deux autres candidats étaient également en lice pour le projet «Sprite»: le consultant Accenture et un consortium belge composé de Proximus, IBM et le groupe wallon NRB (Ethias, Nethys, etc.)

Pour la SNCB, cette réclamation tombe visiblement à un très mauvais moment, le programme de transition étant «sur le point d’atteindre sa vitesse de croisière».