BINCHE

Emmanuel Colbrant, ex-socialiste devenu chrétien, fonde son parti

À condition de recueillir un nombre de signatures minimal (100 pour les communales pour une ville comme Binche), n’importe qui peut se présenter à une élection. Même si cette personne est seule sur la liste. C’est le cas d’Emmanuel Colbrant, qui a choisi de concourir sous l’étiquette «Chrétien», nouveau parti qu’il a fondé.

Et il n’en est pas à sa première fois. En 2014, il se présentait sous l’étiquette «MGJOD» à la Chambre. Son Mouvement Généraliste des Jeunes et des Ouvriers Démunis se voulait «plus social que les gauches, plus humain que le centre, plus prospère que la droite et plus écolo que les écolos.» À l’époquel’Avenir lui avait décerné la palme « du site internet le plus explosif, et coloré, de la campagne électorale. »

+ LIRE AUSSI| Élections communales : à Binche, peut-on déjà prédire la victoire de Laurent Devin ?

«Limite délirant», notions-nous. Quatre ans plus tard, Emmanuel Colbrant n’a pas changé sa photo de campagne, mais bien tout ce qui l’entoure. Fini les jeunes ouvriers démunis, c’est sous l’étiquette «Chrétien», dont le logo rappelle furieusement celui d’une chaîne néerlandaise de magasins, qu’il milite. «Chrétien, le seul parti politique qui répond aux attentes de tout le monde, recouvrant tout l’échiquier politique belge, car les chrétiens sont partout!» affirme-t-il.

Son site est toujours aussi délirant et toujours aussi foutraque, mais il est beaucoup moins drôle. Entre des photomontages à causer la mort instantanée d’un infographiste et 30 photos de rues pavées envahies de végétation (sans doute pour dire que les rues sont mal entretenues), on retrouve des propos du style «et nos SDF», etc. Notons aussi une envie de repeupler la Terre de «vrais Belges de souche», notre candidat leur promettant de doubler leurs allocations familiales s’ils font quatre enfants.

Emmanuel Colbrant nous sert également une diatribe sur le collège communal binchois et ses émoluments, s’en prenant particulièrement à l’échevine Larissa Davoine et son métier de base, à savoir fleuriste. S’en suivent des photomontages d’un goût douteux, où il traite de «cons» le bourgmestre et son échevine, le président du CPAS…

Inspiré par Donald Trump

On remarque aussi un goût prononcé du slogan. L’homme a bien du mal à choisir entre des phrases piochées à droite et à gauche. «Revenir au bon sens et remettre de l’ordre», «Nous disons tout haut ce que vous pensez tout bas», «Nos actions profitent à tous», «Le centre, c’est vous», «les gens d’abord», «Engagés pour l’avenir», «Réinventons l’avenir», «Agir pour que l’avenir vous appartienne», «Pour un monde humain, solidaire et juste»…la liste est longue.

Notons aussi une certaine inspiration trumpiste chez cet ancien militant socialiste et bref membre du PTB qui aujourd’hui honnit le socialisme entre autres choses. C’est ainsi que les «Make America Great Again» ou «America First» deviennent des «Rendre la Belgique à nouveau grande» et «Les Belges d’abord!» sous sa plume. On ne sait pas exactement ce qu’il se passe dans la tête d’Emmanuel Colbrant, mais ça foisonne…