Péruwelz: majorité absolue au MR de Vincent Palermo à Péruwelz

ÉdA

Découvrez ce dimanche 14 octobre 2018 les résultats des élections communales à Péruwelz. Le bourgmestre sortant est Daniel Westrade (PS). Les principaux candidats têtes de liste sont Vincent Palermo (MR-IC), Yves Wuilpart (Écolo), Willy Detombe (Rassemblés pour le Péruwelzis), Nancy Van Den Eede (Nation), Dimitri Kajdanski (PS) et Paul De Bom Van Driessche (AC).

 

 

Le MR-IC décrochent treize sièges, le PS 6, Ecolo deux, RPP deux et AC deux.

Sont élus pour MR-IC: Vicent Palermo, Corinne Risselin, Jean-Pierre Cuignet, Sylvie Caulier, Fabrice Cornet, Xavier Brou, Sarah Bris, Xavier Vandewattyne, Laurent Cauchies, Sylvie Platteau, Lionel Lefebvre, Thierry Rosvelds et Georges Hocq. Sont élus pour Ecolo: Yves Wuilpart et Géraldine Mathot. S0nt élus pour le PS: Dimitri Kadjanski, Rose-Marie Vinchent, Nathalie Deplus, Clarisse Cantillon, Jean-Philippe Régibo et Jimmy Ababio. Sont élus pour RPP: Willy Detombe et Stéphane Mercier. Sont élus pour AC: Paul De Bom - Van Driessche et Colette Gruson-Bourdon.

Toute grosse ambiance au QG du MR-IC de Péruwelz, aux Caves d’Artois, où il y a énormément de militants présents pour assister à une victoire confirmée à mesure que les résultats venus de chaque bureau tombaient.

Vers 20h15, les résultats définitifs des sept bureaux de vote étaient connus. Le parti emmené par Vincent Palermo fait un ras-de-marée. Le MR compte treize sièges sur 25, soit la majorité absolue.

Vincent Pelermo sera donc le nouveau bourgmestre de Péruwelz. Il fait un score incroyable avec plus de 2400 voix de préference. À titre de comparaison, Daniel Wedtrade avait comptabilisé moins de 1500 voix en 2012.

Autre gagnant du scrutin: le groupe écolo qui obtient deux sièges. Le meilleur score de son histoire.

Le PS s’effondre à six sièges (dix en 2012). Le groupe AC à deux sièges (trois en 2012) et le mouvement de Willy Detombe, RPP, à deux sièges.

Le départ de grandes figures locales socialistes provoquera-t-il la fin d’une époque? Méfions-nous des apparences. Avec 40% des voix en 2000, 38% en 2006, et 39% en 2012, le PS est une valeur sûre et stable du paysage politique péruwelzien depuis plusieurs législatures.

Cela dit, il faudrait être aveugle pour ne pas voir s’amplifier un phénomène local autour de Vincent Palermo. Lui se méfie de cette étiquette de favori, et il a bien raison. Mais après avoir su galvaniser ses troupes en 2012, il se présente aujourd’hui avec une équipe au moral de vainqueur, de surcroît au côté des cousins Intérêts communaux.

Des observateurs de la vie politique locale ne doutent pas que les deux partenaires de la coalition actuelle vont privilégier l’option la plus confortable qui soit: reconduire leur alliance avec une solide majorité, quitte à redistribuer l’une ou l’autre carte en fonction du résultat des urnes.

Cependant, ce scénario doit encore être validé par l’électeur. Or, un PS affaibli pourrait pousser son partenaire actuel à s’associer avec un autre. Et paradoxalement, un MR-IC ultra-dominateur pourrait pousser le parti socialiste à s’associer avec un outsider pour garder le mayorat.

On l’a compris: les jeux sont ouverts à Péruwelz. La balle est dans le camp d’Écolo, d’AC (Action citoyenne) et du RPP (Rassemblés pour le Péruwelzis) qui en cas de bon score joueront la carte du changement.

+ Cet article sera mise à jour dès que les premiers résultats pour cette commune seront connus