Dix articles pour nos abonnés à ne pas louper ce lundi

Dix articles pour nos abonnés à ne pas louper ce lundi

Vendredi, au terme d’une formation de cinq mois, treize stagiaires ont reçu un contrat de chauffagiste chez T&P. ÉdA E. H.

13 chauffagistes engagés chez Thomas & Piron après une formation unique. Un screening pour évaluer la situation des 58 éleveurs dont les porcs vont être abattus. Namur a pris des airs de Poudlard ce week-end... Voici une sélection des articles réservés à nos abonnés à découvrir ce lundi 24 septembre.

1

Thomas & Piron s'offre une formation clé sur porte unique

Un sac de vêtements de travail dans une main, la boîte de chaussures sécurité sous le bras et, surtout, un contrat en poche: treize demandeurs d’emploi viennent ainsi d’être engagés chez Thomas & Piron au terme d’une formation unique lancée avec le Forem.

Tout est parti d’un constat de cet important employeur de la province du Luxemourg: il existe de nombreux demandeurs d’emploi et la société ne parvient pas à trouver une main-d’œuvre qualifiée.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

2

L’enfer dans Arlon à cause du chantier de l’E411

En principe jusqu’en décembre, la Région wallonne procède à la réhabilitation du revêtement autoroutier entre Arlon et Sterpenich, soit sur 11 km en direction du Luxembourg.

Aux heures de pointe des frontaliers le matin et en fin de journée, les conséquences sont catastrophiques pour Arlon.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

3

Peste porcine: un screening des 58 élevages de la zone de confinement

Ils sont 58 éleveurs porcins situés dans la zone de confinement liée à la présence de la peste porcine africaine en Wallonie. Pour ces 58 producteurs, les prochaines semaines vont être particulièrement éprouvantes en raison de l’incertitude qui plane sur leur exploitation.

Pour effectuer le lien entre les éleveurs et les décideurs politiques, un membre du Collège des producteurs a été chargé de mission afin d’évaluer la situation dans les différents élevages.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

4

Rapax, un centre de reproduction de rapaces responsable

Installé depuis 7 ans au Pays des collines, Jean-Michel Defoirdt, qui dirige «Rapax Birds of Prey», est spécialisé dans l’élevage et le travail avec les oiseaux de proie.

La passion du jeune quadragénaire pour les oiseaux remonte, assure-t-il, à sa petite enfance: «A six ans, j’avais déjà des pigeons, des faisans, un rossignol…» Trilingue, il a travaillé comme guide-animateur au Parc Pairi Daiza: «J’ai été en contact avec des fauconniers. Tout a démarré de là.»

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

5

Namur avait des airs de Poudlard ce week-end

Une atmosphère d’automne. Des averses grises et raides. Un ciel sombre comme on n’en a plus vu depuis des mois. «Lugubre et humide, comme dans Harry Potter».

L’univers d’Harry Potter s’est invité à Namur. Sous capuches, inédite chasse aux Horcruxes dans les rues de Namur. On vous explique.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

6

Marche: les Riders ne pouvaient pas se mouiller plus

Organisé par l’ONG Médecins du Monde, le Doc’Riders a réuni quarante-deux équipes pour une balade cycliste de 200 km au cœur du Pays de Famenne.

De jour et de nuit, et sous la drache nationale, une bonne centaine d’éléments a donc enfourché son vélo en faveur des plus démunis.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

7

Anderlecht - Standard: le "Clasico" valait mieux que deux équipes malades

Après leur semaine européenne à faire pleurer et en succédant à la nouvelle démonstration de force du FC Bruges, on pouvait s’attendre à crier malheur au perdant de ce premier Clasico de la saison.

Hormis le déchet de la première mi-temps, on a assisté à un Clasico très intense et très correct, avec deux convalescents européens qui furent à la hauteur. Anderlecht a émergé dans les dernières secondes mais le Standard n’a aucune raison d’avoir honte de sa prestation au parc Astrid.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

8

VIDÉO | Gives: à 72 ans, Roger sonne les cloches à l’ancienne

Vendredi sur le coup de 18h, les cloches des églises de Huy et d’ailleurs ont sonné pour célébrer la paix. Mais à Gives, le son des cloches de l’église Saint-Nom de Marie n’était pas aussi régulier que dans les autres clochers. Les “ding-dong” des deux cloches n’étaient pas toujours bien cadencés.

La raison, c’est qu’ici, on travaille toujours à l’ancienne. Pas de moteur électrique pour actionner les cloches mais bien la force des bras. Et c’est Roger Malherbe qui s’y colle depuis… 1995.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

9

Les Béliers Sauvages, à l’époque viking

Pas de drakkar installé au cœur du hameau d’Allain, mais bien un véritable campement de Vikings avec ses quelques tentes, tables et bancs, feux au bois, et ses hommes et femmes en vêtements de lin, de lainage et de fourrure.

Des passionnés de la région ont vécu, ce week-end, un camp à la mode «viking». Ils ont créé une ASBL Les Béliers Sauvages pour développer leurs activités.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

10

PHOTOS | Fêtes de Wallonie pluvieuses, mais chaleureuses à Andenne

Samedi et dimanche en début d’après-midi, les rues du centre d'Andenne faisaient grise mine. Seuls quelques courageux avaient sorti leurs capuches et leurs parapluies pour voir les animations et les concerts sur la scène des Tilleuls et celle des Ours. Ce n’est qu’en début de soirée que le public a commencé à affluer.

Les Andennais ont rarement connu une météo aussi pourrie pour leurs Wallo mais dans la Cité des Ours, on a décidé de ne garder que le positif.

+ À DÉCOUVRIR ICI