MONS

Cyclistes contre piétons: le débat fait rage aux abords des boulevards Masson et Kennedy

Cyclistes contre piétons: le débat fait rage aux abords des boulevards Masson et Kennedy

La sortie des écoles est synonyme d’embouteillages sur la piste cyclable des boulevards Masson et Kennedy. ÉdA/ Ugo Petropoulos

Alors que la Semaine de la mobilité touche à sa fin, arrêtons-nous un instant sur le débat qui anime de nombreux Montois depuis jeudi soir, concernant la piste pour cyclistes et piétons bordant les boulevards de Masson et Kennedy.

Depuis jeudi soir, une vidéo postée sur le réseau social Facebook suscite l’émoi au sein de la petite communauté de membres du groupe «T’es un vrai Montois si…!».

Visionnée pas moins de 4 000 fois en moins de 24 heures, elle illustre le parcours du combattant vécu par un cycliste le long des boulevards Masson et Kennedy, sur ce qui s’apparente vaguement à une piste cyclable où foisonnent de tous côtés les piétons que produit la sortie des nombreuses écoles sises aux abords de la piste.

Si le coup de gueule de l’auteur de la vidéo semble pour le moins compréhensif – tant celui-ci doit zigzaguer entre les étudiants, cartables ou dispositifs de sécurité au bénéfice d’un équilibre soumis à rude épreuve -, nombreux sont aussi ceux qui, au travers de commentaires directement postés sous la vidéo, fustigent l’attitude du cycliste.

«C’est pas une raison pour foncer dans les gens à vélo […] il roule trop vite», fait par exemple remarquer l’une des membres du groupe. «Je ne sais pas si ça se voit mais je n’ai ni crié ni insulté ni touché personne… La vidéo est juste là pour montrer que parfois, même si la Ville fait l’effort pour créer des pistes cyclables, si les gens ne veulent pas faire un effort de vivre ensemble alors les efforts sont vains», rétorque l’auteur de la vidéo, précisant sur sa page personnelle que «la limite de durée de la vidéo accélère légèrement sa lecture».

À qui la priorité?

Semaine de la mobilité oblige, nous nous sommes intéressés de plus près à ce petit débat qui, au final, pointe surtout un manque de clarté à tout niveau.

Cyclistes contre piétons: le débat fait rage aux abords des boulevards Masson et Kennedy
Le panneau D9 Code de la route
Comme on peut le voir sur la vidéo, partant de la place de Flandre, le cycliste s’engage en effet sur le boulevard Masson via ce qui se présente à lui comme le prolongement d’une piste cyclable. Il faut toutefois attendre le prolongement de ce même boulevard Masson en boulevard Kennedy pour enfin apercevoir une signalisation (à 0.44 dans la vidéo): un panneau D9 (voir ci-contre). Celui-ci, tel que définit par l’article 10.5 (chapitre II) du code de la route d’application en Belgique, indique qu’il s’agit d’une «partie de la voie publique réservée à la circulation des piétons, des bicyclettes et des cyclomoteurs à deux roues classe A», précisant que «la séparation entre l’espace réservé aux piétons, d’une part, et l’espace réservé aux cyclistes et conducteurs de cyclomoteurs à deux roues classe A, d’autre part, est réalisée, soit par une ligne continue de couleur blanche, soit par une différence de revêtement, soit par une séparation physique quelconque ou la combinaison de plusieurs de ces moyens.» Et cette ligne blanche ou cette différence de revêtement sont observables tout au long de la vidéo.

Cyclistes contre piétons: le débat fait rage aux abords des boulevards Masson et Kennedy
Le panneau D9 apparait à plusieurs reprises sur le boulevard, mais toujours dans le même sens et souvent «maquillé» par de vieux autocollants. Capture d’écran

En d’autres mots, cyclistes et piétons sont tenus de coexister sur la voie, chacun de son côté.

 

«Il y a vraiment un problème de mobilité dans ce coin-là de la ville»

 

Ce panneau revient encore à plusieurs reprises dans la suite de la vidéo, mais on peut toutefois s’interroger sur l’absence d’itération dans le sens contraire pour informer, dans l’exemple pris ici, les nombreux piétons remontant le boulevard à la sortie des écoles pour rejoindre l’arrêt de bus situé sur la piste, ainsi que les poteaux d’éclairage en béton empêchant par moments ces mêmes piétons de circuler sur leur partie de voie.

Cyclistes contre piétons: le débat fait rage aux abords des boulevards Masson et Kennedy
Pas évident pour les piétons de se cantonner à leur morceau de trottoir! Capture d’écran

Il convient donc de rappeler l’article 7.1 du code de la route, lequel précise que, comme n’importe quel autre conducteur, le cycliste doit redoubler de prudence en présence d’usagers plus vulnérables et ne peut mettre en danger des piétons (surtout lorsqu’il s’agit d’enfants, de personnes âgées ou de personnes handicapées).

 

«

Comment voulez-vous monter dans le bus sans se mettre sur la piste?

»

 

Il apparaît en tous les cas évident que le bon sens prévaudra toujours dans un cas comme celui illustré par la vidéo ci-dessus, tel que Clara, autre membre du groupe Facebook concerné, le clame: «Quand ce n’est pas les heures de sortie des cours les vélos n’ont aucun problème à circuler, mais vers 8h et 16h c’est une catastrophe autant pour eux que pour les piétons. […] Comment voulez-vous attendre le bus sans se mettre sur la poste? Ou monter dans le bus sans se mettre sur la piste? […] Il y a vraiment un problème de mobilité dans ce coin-là de la ville et le fait d’avoir beaucoup d’écoles sur si peu de distance n’arrange rien.»

 

Pas une nouveauté

Et ce problème n’est pas nouveau. En février dernier, le collectif des Cyclistes Gonflés à Bloc tournait en dérision les dangers de la pratique du vélo à Mons en proposant un « safari urbain » à mourir de rire… ou d’autre chose, ainsi qu’une balade des pendus.

Plus tôt encore, en novembre de l’année dernière, une manifestation des cyclistes pour dénoncer le caractère dangereux des infrastructures leur étant mises à disposition mettait en lumière, déjà, certains points critiques de la cité montoise.