Peste porcine:  la forêt interdite

On ignore comment cette maladie est arrivée en Belgique. Reporters / Caters

La nouvelle remplirait Obélix de chagrin: une maladie très contagieuse (qui se transmet facilement) s’attaque aux sangliers du sud de la province de Luxembourg. Des mesures sont prises pour éviter que la maladie s’étende.

Plusieurs carcasses (cadavres) de sangliers ont été découvertes dans la forêt en province de Luxembourg. Elles sont analysées en laboratoire. Dans cinq cas au moins, les sangliers sont morts d’une maladie qu’on appelle peste porcine africaine (porcine vient du mot porc).

La peste porcine, c’est quoi?

C’est une maladie très contagieuse qui ne s’attaque qu’aux cochons et à leurs cousins, les sangliers. Il n’y a donc aucun danger pour l’être humain.

Cette maladie peut tuer le porc ou le sanglier infecté en quelques semaines, mais elle peut aussi l’affaiblir pendant de longs mois.

Un porc ou un sanglier peut être infecté en rencontrant un animal malade, mais aussi en mangeant de la viande ou de la charcuterie issue d’animaux malades, ou en entrant en contact avec des animaux ou des objets contaminés: chaussures, vêtements, véhicules, matériel qui ont été dans une zone infectée.

Si on ne fait rien, la maladie risque de se répandre et de tuer de plus en plus de sangliers. Elle pourrait aussi toucher des porcs élevés pour notre alimentation, et y faire des ravages. Il faut donc agir.

La forêt interdite

Il est désormais interdit de pénétrer dans une zone boisée de 63 000 hectares (un hectare, c’est une surface qui correspond à un carré de 100 m de côté). Cette forêt interdite se trouve dans le sud de la province de Luxembourg, là où on a trouvé les carcasses de sangliers morts de la peste porcine africaine. Cette zone recouvre 14 communes entre Florenville et Arlon. On ne peut y circuler qu’en voiture, sur les routes. Mais on ne peut plus y chasser, s’y promener, y jouer, y faire du VTT ou des courses à pied, y couper des arbres pour faire du bois de chauffage ou exploiter la forêt...

Cette interdiction permettra de ne pas effrayer et disperser les sangliers, et de ne pas risquer de transporter le virus hors de la zone.

La forêt interdite pourrait être clôturée pour empêcher les sangliers de propager le virus ailleurs. Seules quelques personnes pourront aller dans la zone, pour ramasser les carcasses de sangliers et gérer le problème. Évidemment, elles devront suivre des règles très strictes pour ne pas contaminer d’autres endroits.

Le sondage de la semaine