MONDE

Le super typhon Mangkhut fait ses premières victimes aux Philippines et à Taïwan

Le super typhon Mangkhut, le plus puissant de l’année, a violemment frappé les Philippines samedi, faisant ses premiers morts et forçant des dizaines de milliers de personnes à quitter leur domicile.

Environ quatre millions d’habitants se trouvaient sur le passage destructeur du typhon dans le nord de Luçon, la plus grande île de l’archipel philippin. Au moins quatre sont morts.

«Ce nombre devrait augmenter au fil des heures», a prévenu Ricardo Jalad, le chef du bureau national de la défense civile.

Après le passage de Mangkhut, qui se dirige désormais vers les zones densément peuplées du sud de la Chine, les sauveteurs philippins ont été déployés dans les régions rurales et vallonnées les plus violemment touchées. Les vents ont atteint par endroits les 330 km/h.

L’étendue des dégâts est apparue samedi au fil de la journée, avec des écroulements de pans de colline gorgés d’eau, des flots incontrôlables dévalant les rues et l’évacuation d’habitants de leurs maisons inondées.

Un peu plus de 105.000 personnes ont quitté leur domicile pour fuir les intempéries apportées par le typhon dans cette région principalement rurale et agricole.

Mangkhut soufflait encore avec des rafales allant jusqu’à 260 km/h au moment où il a quitté le territoire philippin.

Les Philippines sont frappées chaque année par une vingtaine de typhons qui font des centaines de morts et aggravent la pauvreté.

Les quatre morts recensés pour l’instant dans le pays sont deux femmes ensevelies par un glissement de terrain, une jeune fille qui s’est noyée et un agent de sécurité tué par la chute d’un mur.

À ce bilan s’ajoute le décès d’une femme emportée par la mer déchaînée à Taïwan. L’île, certes située à plusieurs centaines de kilomètres des Philippines et de la trajectoire du typhon, subit les fortes précipitations entraînées par Mangkhut.

«Parmi tous les typhons cette année, celui-ci est le plus fort, les vents qui l’accompagnent sont les plus violents», a dit à l’AFP le prévisionniste de l’Agence météorologique japonaise Hiroshi Ishihara.

Les Philippins vivant dans la zone touchée disent avoir vécu une nuit d’angoisse face à la nature déchaînée.

«On avait l’impression que c’était la fin du monde. Je n’ai pas pu dormir», raconte au téléphone à l’AFP Bebeth Saquing, une habitante de Luçon. Sa maison a cependant résisté aux assauts du vent, explique cette habitante de 64 ans.

Haiyan, en novembre 2013, est le typhon le plus meurtrier à avoir touché les Philippines. Des vagues géantes, semblables à celles provoquées par un tsunami, avaient tout dévasté sur leur passage. La catastrophe avait fait plus de 7.350 morts ou disparus.

Mangkhut se dirige actuellement vers le sud de la Chine, non loin du territoire semi-autonome de Hong Kong.

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific prévoit l’annulation de plus de 400 vols sur les trois prochains jours.

L’Observatoire météorologique de Hong Kong a exhorté à la prudence, parlant de «menace considérable» pour les côtes méridionales de la Chine.

Les étagères des boulangeries et des supermarchés hongkongais se vidaient rapidement, les habitants stockant des provisions en vue de l’arrivée du typhon. Le même phénomène était observé dans le territoire chinois voisin de Macao.

À Taïwan, la présidente Tsai Ing-wen a appelé sur Facebook les habitants à la prudence: «le typhon est puissant et même s’il ne devrait pas toucher Taïwan, nous devons nous tenir prêts et ne pas le prendre à la légère».