BELGIQUE

Ryanair: appel à la grève le 28 septembre dans 5 pays européens, dont la Belgique

Ryanair: appel à la grève le 28 septembre dans 5 pays européens, dont la Belgique

Reporters/DPA

Les différents syndicats européens représentant le personnel de cabine de Ryanair ont confirmé la date du 28 septembre pour ce qu’ils qualifient de «plus grande grève de l’histoire» de la compagnie aérienne à l’issue de leur réunion à Bruxelles.

Cette date était évoquée depuis plusieurs jours déjà mais devait encore être officialisée.

Le mouvement devrait toucher la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne, le Portugal et l’Italie et pourrait encore être rejoint par d’autres pays, comme l’Allemagne, ainsi que par des organisations de pilotes.

Les syndicats demandent l’application des différentes législations nationales sur le travail et non plus la seule irlandaise. Ils doivent rencontrer la Commission européenne à 15h00 pour lui faire part de leurs griefs.

S’ils ne sont pas entendus par Ryanair, ces organisations menacent d’organiser une grève par mois. Didier Lebbe, secrétaire permanent du syndicat chrétien belge, prévient que des actions sporadiques, pays par pays, pourraient également être organisées dans les semaines à venir, que ce soit de la part des syndicats réunis à Bruxelles, d’autres de leurs homologues ou encore d’associations de pilotes. À l’image de ce qui s’est passé mercredi en Allemagne.

Vague de grèves

La première compagnie européenne subit une vague de grèves depuis cet été, confrontée à la grogne de son personnel sur les conditions de travail. Mercredi, les pilotes et personnel de cabine de Ryanair en Allemagne ont été appelés à faire grève, ce qui a entraîné l’annulation de 150 vols en provenance et à destination de l’Allemagne prévus ce jour-là.

Mercredi lors d’une conférence de presse à Londres, le directeur général de la compagnie, Michael O’Leary, avait déjà fustigé un mouvement qu’il juge inutile et voué à l’échec, assurant qu’il n’allait pas «s’écraser» devant les revendications des syndicats.

Au mois d’août, la compagnie a connu un vaste mouvement coordonné de son personnel dans cinq pays européens: 400 vols annulés en pleine période de vacances et plus de 55.000 passagers concernés.

Le groupe fait face à une contestation sociale inédite depuis un an. Après avoir refusé de reconnaître et de discuter avec les syndicats lors de ses trois premières décennies d’existence, Ryanair a entamé un virage à 180 degrés en décembre dernier en acceptant de reconnaître les syndicats.

La direction a conclu depuis quelques accords sociaux dans plusieurs pays où elle est implantée, mais elle peine à s’entendre avec les représentants du personnel dans de nombreux pays d’Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, Portugal) où elle n’a souvent pas répondu à la revendication centrale du personnel: une amélioration importante des conditions de travail, avec notamment pour tous les employés un contrat de travail stable et relevant du pays de résidence.

Ryanair prévoit «l’échec de la grève» et dément les affirmations d’un «chaos»

La compagnie aérienne Ryanair a d’ores et déjà prévu «l’échec» de la grève européenne de son personnel de cabine le 28 septembre. Elle a également rejeté les «fausses déclarations» de la CNE selon lesquelles la grève de la part d’une «petite minorité» de son personnel provoquera un «chaos» sur son réseau.

Dans un communiqué diffusé par la compagnie irlandaise à bas coût, peu avant une conférence de presse des syndicats de Ryanair à Bruxelles, son directeur du marketing Kenny Jacobs a déclaré que Ryanair ne prévoyait «qu’un faible nombre d’annulations de vols».

Si «une grève du personnel de cabine a lieu le 28 septembre […], une majorité écrasante des vols et des services de Ryanair fonctionneront normalement et nous transporterons l’immense majorité des 400.000 passagers prévus ce jour-là», a-t-il assuré.

«Comme nous l’avons démontré en Allemagne hier, Ryanair va informer ses clients du faible nombre d’annulations», a ajouté la compagnie.

Ryanair a aussi évoqué les cinq jours de grève «de moins de 25%» de ses pilotes irlandais ces dernières semaines. Cela n’a pas empêché l’entreprise d’assurer 280 de ses 300 vols à destination ou en provenance d’Irlande, environ 75% des pilotes basés dans ce pays ayant continué à travailler normalement.