LIÈGE

Les autorités liégeoises rendent hommage à la police et aux agents disparus

Les autorités liégeoises rendent hommage à la police et aux agents disparus

Photo News

Les Fastes de la Police de Liège, qui se tenaient lundi, visaient, comme chaque année, à rendre hommage aux policiers liégeois morts pour la patrie, à commémorer la Libération de la Ville de Liège et à mettre à l’honneur la police locale liégeoise.

Le programme des Fastes était encore une fois très chargé et a débuté dès 8h15 à l’Hôtel de police où des fleurs ont été déposées au Monument à la mémoire des policiers décédés en service commandé. Des cérémonies ont ensuite été organisées dans plusieurs parties symboliques de Liège.

Près de 120 policiers s’étaient déplacés fin de matinée place du Marché pour assister au passage en revue des divers services de la police locale liégeoise, des sapeurs-pompiers et des Escortes Drapeaux de l’Armée. Les forces de l’ordre, ainsi que les autorités locales présentes, se sont ensuite rassemblées au sein de l’Hôtel de Ville pour assister aux prestations de serment des 62 nouvelles recrues de la police de Liège.

Après quoi, le bourgmestre Willy Demeyer et le chef de corps Christian Beaupère ont respectivement pris la parole. Après avoir tous deux rendu hommage aux agents récemment décédés, notamment dans des attaques terroristes, le bourgmestre en a profité pour parler de formation tandis que le chef de corps a voulu insister sur la notion de respect. «Tous les jours, nos représentants de l’ordre sont agressés verbalement et même trop souvent physiquement. Il est important de rappeler à tous qu’ils sont pourtant les garants des règles, de la sécurité et de l’ordre. Le policier est un acteur indispensable au bon fonctionnement d’une société. Et pour cela, il doit être respecté», a souligné en fin de matinée Christian Beaupère. «Je suis certain que pour faire diminuer les risques auxquels nos policiers sont confrontés chaque jour, il faut augmenter l’estime de chacun pour cette fonction. Et quand je parle d’augmenter, il faudrait plutôt dire restaurer. Je refuse la banalisation et demande le respect.»