Voilà 11 ans que la commune d’Olne est jumelée avec deux villages du Loir et Cher de 1500 habitants chacun: Candé sur Beuvron et les Montils.

Tout a commencé par un coup de fil des villages français. Ils cherchaient à s’allier à une commune belge de même taille. Ce sera Olne!

Depuis, une charte de jumelage a été signée, des voyages en France et en Belgique organisés, des amitiés se sont nouées… En coulisse? Les comités de jumelage. «Des bénévoles qui ont patiemment organisé l’accueil, les manifestations, les hébergements, les découvertes touristiques et culturelles, échangé des centaines de mails, vidé un nombre appréciable de bonnes bouteilles et discuté à en perdre souffle», signale Pierre Lenom, président du comité de jumelage olnois.

Aujourd’hui, du côté d’Olne, ils sont 6 membres actifs. Des membres qui appellent à un renouvellement, pourquoi pas avec des jeunes Olnois. «Le jumelage a besoin d’un nouveau souffle, de nouvelles idées », soutient Pierre Lenom.

Et c’est vrai qu’en 10 ans, des idées, les comités en a concrétisées. «La première année, le club cycliste des Montils a rallié Olne à travers le Nord de la France et tout le Val Moson. Les cyclistes avaient été accueillis par notre club local. Ils sont venus avec plein d’asperges, une de leurs spécialités, on en a mangé encore et encore». Au programme au fil des années: visite du bocage, de la mine de Blégny, de l’abbaye de Val-Dieu, dégustation du fromage de Herve d’un côté. De Chenonceau depuis la Loire, du petit train des Montils, des fraises de Sologne de l’autre. Des souvenirs en pagaille donc, avec en trame le but de «développer une meilleure compréhension mutuelle et ainsi jeter les bases d’une véritable fraternité européenne», dixit la charte. «Toutes ces belles idées resteraient lettre morte si elles n’étaient pas vécues à notre hauteur, dans notre quotidien».