RELIGION

Pédophilie: le pape s’exprime dans une lettre ouverte à toute l’Eglise catholique

Pédophilie: le pape s’exprime dans une lettre ouverte à toute l’Eglise catholique

AFP(Photo by Filippo MONTEFORTE / AFP)

Ce lundi 20 août, le pape François a exprimé sa honte face au nouveau scandale de pédophilie, révélé en Pennsylvanie. Il appelle le «peuple de Dieu» au jeûne et à la prière et à engager un mouvement commun pour éradiquer les abus du clergé.

«Nous ressentons de la honte lorsque nous constatons que notre style de vie a démenti et dément ce que notre voix proclame.» Dans une lettre ouverte publiée ce lundi 20 août, le pape François a appelé l’Église catholique à combattre les abus du clergé.

Il invite les catholiques à entrer dans le jeûne et la prière pour opérer: «la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin» car «il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu».

«Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1 Cor 12,26) C’est par ce verset biblique que le pape veut appeler les catholiques à se: «sentir membre d’un peuple et d’une histoire commune nous permettra de reconnaître nos péchés et nos erreurs du passé avec une ouverture pénitentielle susceptible de nous laisser renouveler de l’intérieur. »

Dans cette missive, le pape dit vouloir s’attaquer au cléricalisme, «cette culture de mort» qui: «favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux» par des réformes et des prières.

Crimes et pas seulement péchés

Dans un message audio accompagnant la lettre du pape, Greg Burke, porte-parole du Vatican, souligne le fait que François considère les abus pédophiles comme des «crimes».

«Il est significatif que le pape qualifie ces abus de crimes et pas seulement de péchés et qu’il demande pardon», a-t-il dit.

Scandales répétés

Chili, Australie, Pennsylvanie, Irlande: le clergé catholique est, cette année encore, mis au ban des accusés dans plusieurs affaires de pédophilie.

Une enquête des services du procureur de Pennsylvanie publiée la semaine dernière a mis au jour des abus sexuels, couverts par l’église catholique de cet Etat américain, perpétrés par plus de 300 «prêtres prédateurs» dont ont été victimes au moins mille enfants.

+LIRE AUSSI| Plus de 300 prêtres américains accusés de pédophilie, au moins 1.000 enfants victimes

Bien que ce soit la première fois que le pontife s’adresse à tous les catholiques du monde pour aborder les abus sexuels dans l’Église, le pape avait déja exprimé sa « honte » ,le 16 août dernier.

En mai dernier, les Chiliens avaient déjà reçu une lettre où le souverain pontife s’excusait à nouveau de la mauvaise gestion des scandales de pédophilie.

Insuffisant

Ce message a toutefois été jugé insuffisant dans une première réaction des victimes.

«Le Vatican et le pape devraient cesser de nous dire combien les abus sont terribles (...). Au lieu de cela ils devraient nous dire ce qu’ils entendent faire pour que les coupables rendent des comptes sur leurs actions. C’est ce que nous voulons entendre », a écrit sur Twitter l’Irlandaise Marie Collins, âgée de 71 ans et victime à 13 ans d’abus sexuels perpétrés par un prêtre.

Elle avait préféré claquer la porte en mars 2017 de la commission anti-pédophilie du Vatican, jugeant que les actes ne suivaient pas les paroles de fermeté tenues par le pape.

Au cours des derniers mois, il a accepté les démissions du cardinal Theodore McCarrick, archevêque émérite de Washington accusé d’abus sexuels sur un adolescent, et de cinq évêques chiliens accusés d’avoir couvert des prêtres pédophiles.

Plusieurs autres hauts prélats ont été contraints de démissionner pour avoir fermé les yeux, dont les cardinaux Roger Mahony (Los Angeles) et Bernard Law (Boston), décédé fin 2017.

Dans quelques jours, le pape doit se rendre en Irlande où les révélations s’enchaînent sur les abus sexuels commis par des prêtres.