MONDE

Prêtres pédophiles aux États-Unis: le Vatican exprime sa «honte et colère»

Prêtres pédophiles aux États-Unis: le Vatican exprime sa «honte et colère»

Photo News

Le Vatican a exprimé jeudi soir sa «honte et colère» après une enquête en Pennsylvanie, dans le nord-est des États-Unis, sur des abus sexuels perpétrés par plus de 300 prêtres, et a assuré que le pape François était du côté des victimes.

«Les victimes doivent savoir que le pape est de leur côté. Ceux qui ont souffert sont sa priorité et l’Église veut les écouter pour éradiquer cette horreur tragique qui détruit la vie des innocents», a déclaré le Vatican dans un communiqué.

Une enquête des services du procureur de Pennsylvanie publiée mardi a mis au jour des abus sexuels perpétrés par plus de 300 «prêtres prédateurs» et couverts par l’église catholique de cet État, dont ont été victimes au moins mille enfants.

Ce n’est pas la première fois qu’un jury populaire publie un rapport dévoilant des cas de pédophilie au sein de l’église catholique américaine, mais jamais une enquête n’avait révélé autant de cas.

«Des prêtres violaient des petits garçons et des petites filles et les hommes d’église qui étaient leurs responsables n’ont rien fait. Durant des décennies», ont écrit les membres du jury.

Le Saint-Siège a fait savoir qu’il considérait ce rapport «avec un grand sérieux», ajoutant que «deux mots peuvent exprimer ce que l’on ressent face à ces crimes horribles: la honte et la douleur». «Les abus décrits dans le rapport sont pénalement et moralement répréhensibles» et ont «volé aux victimes leur dignité et leur foi», poursuit le texte.

Le Vatican relève cependant que la majeure partie des cas évoqués sont antérieurs au début des années 2000, quand la révélation d’une suite de scandales a poussé l’Église américaine à mener «des réformes drastiques».

Le Saint-Siège «encourage de constantes réformes et une vigilance à tous les niveaux de l’Église pour garantir la protection des mineurs et des adultes vulnérables. Il souligne aussi la nécessité d’obéir à la législation civile, y compris à l’obligation de dénoncer les cas d’abus sur des mineurs».