LIÈGE

L’évêque de Liège et son filleul séquestrés par des cambrioleurs

L’évêque de Liège et son filleul séquestrés par des cambrioleurs

Jean-Pierre Delville, l’évêque de Liège, et son filleul ont été séquestrés par des cambrioleurs. ÉdA

L’évêque de Liège, Mgr Jean-Pierre Delville, et son filleul ont été séquestrés par des cambrioleurs. L’un d’eux a été frappé.

Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août, des voleurs se sont introduits à l’évêché de Liège et ont agressé l’évêque Jean-Pierre Delville et son filleul, annonce le diocèse de Liège jeudi dans un communiqué, confirmant une information parue dans la DH. Les faits se sont déroulés à quelques dizaines de mètres à peine du quartier d’Outremeuse, sur l’autre rive, où les festivités du 15 Août battaient leur plein.

Malgré ces événements, l’homme d’Église maintient son agenda, ajoute le service communication du diocèse. Retrouvé le matin même, Jean-Pierre Delville a même présidé la messe internationale du 15 août mercredi à 10h30 à Banneux. Il partira dès vendredi pour Lourdes où il accompagnera le pèlerinage diocésain. De son côté, le parquet de Liège se refuse à tout commentaire sur cette affaire.

Selon le diocèse, les voleurs se sont introduits dans les bâtiments de l’évêché, pourtant équipé d’une alarme, par une fenêtre de la toilette du rez-de-chaussée. Ils ont agressé l’évêque, ainsi que son filleul présent dans la maison.

«Ils ont exigé de manière menaçante de l’argent liquide, croyant que l’argent des collectes dans les églises était concentré à l’évêché, précise le diocèse. L’évêque, n’ayant pas d’argent liquide dans la maison, a dû donner une somme déposée chez lui par son filleul en vue d’un voyage à l’étranger. Ils ont ensuite demandé de l’or: l’évêque n’a pu que donner les trois calices conservés dans l’oratoire et la chapelle de l’évêché. Ensuite ils ont demandé des peintures de valeur et exigeaient des Picasso. L’évêque leur a indiqué quatre albâtres du 17e siècle, qui décoraient la salle du conseil.»

Un montant de 20 000 euros

«Les voleurs étaient masqués et professionnels, ils ont expliqué chercher de l’argent pour guérir la petite fille de l’un d’entre eux, âgée de 5 ans et malade», ajoute le diocèse. «Ils parlaient allemand ainsi qu’une langue étrangère non identifiée et s’exprimaient mal en français. Après avoir frappé une des victimes, le filleul, et avoir menacé de la tuer, ils n’ont pas commis d’autre violence physique. Ils ont alors enfermé l’évêque et son filleul dans une salle de bain, et non dans une armoire comme l’indiquait la DH. Ceux-ci ont été retrouvés, sains et saufs le lendemain matin.» Selon la DH, la somme en liquide emportée s’élèverait à 20 000 euros.

Une enquête a été ouverte, ajoute le service communication du diocèse, qui précise que la police viendra interroger l’évêque jeudi après-midi. Malgré ces événements, Mgr Delville a décidé de maintenir son agenda. Il était déjà présent mercredi matin à Banneux à l’occasion des festivités du 15 août. Sauf si la police lui demande de rester à Liège, il partira demain/vendredi pour Lourdes où il accompagnera le pèlerinage diocésain qui se tiendra du 18 au 24 août, ajoute le service communication.

Interrogé, le parquet de Liège s’est refusé à tout commentaire sur cette affaire.