STANDARD

Preud’homme fâché sur ses joueurs: «Ils n’étaient pas réveillés»

Preud’homme fâché sur ses joueurs: «Ils n’étaient pas réveillés»

Michel Preud’homme n’a pas aimé la façon dont ses joueurs ont démarré ce match. Et espère qu’ils en tireront les leçons. Photo News

Michel Preud’homme n’a pas du tout apprécié la copie rendue par ses joueurs, particulièrement en première mi-temps. «On pressait à du 2 km/h», regrette-t-il.

Il n’y a pas eu d’exploit. Il n’y a même pas vraiment eu de match, en fait, ce soir, à la Johan Cruijff Arena. L’Ajax a écarté le Standard facilement, s’imposant 3-0 en cinquante minutes, après ce dernier bijou de Neres. Circonstance atténuante: la position de hors-jeu d’Huntelaar sur le premier but. Mais le match se serait-il déroulé différemment, sans cela? Difficile d’y croire. Les Rouches ont au moins eu le mérite de ne pas baisser un peu plus les bras, à 3-0, évitant ainsi de subir une correction type 5-0, ce qu’on a craint pour eux, à un moment.

Michel Preud’homme, évidemment, n’est pas très heureux de la façon dont ses hommes ont démarré cette rencontre. «J’avais donné comme consigne de faire presque la même chose qu’à l’aller, c’est-à-dire d’empêcher l’Ajax de jouer», analyse l’entraîneur liégeois. «Mais pour cela, il faut être réveillé et avoir envie de faire les efforts dès le début. Il aurait fallu être très proche des adversaires pour effectuer un pressing et c’est tout ce que l’on n’a pas fait en début de match. On pressait à du 2 km/h et on était à dix mètres des joueurs.»

«

Pour le moment, ce n’est pas notre place d’aller en Ligue des champions

»

Les Rouches étaient dépassés par l’organisation de l’Ajax, et le surnombre néerlandais sur le côté de Cavanda était trop souvent de mise. «Pourtant, on avait prévu un système, en décalant légèrement Agbo de ce côté. On n’a pas eu l’occasion de faire un entraînement tactique cette semaine (NDLR: le Standard a joué samedi en championnat et a voyagé lundi) et celui de la semaine passée a manifestement été oublié. Si on n’est pas à 100, voire à 150%, on ne peut rivaliser avec une telle équipe. On se rend compte que travailler tactiquement n’est pas facile», poursuit MPH, en référence au calendrier chargé de son équipe. «Mais on va s’atteler à taper sur le clou. On veut y arriver, mais pour le moment, ce n’est pas notre place d’aller en Ligue des champions.»

Manque de réalisme devant, à nouveau

Il faut aussi dire que le vice-champion des Pays-Bas qui s’est produit ce mardi soir n’avait rien à voir avec celui vu à Sclessin une semaine plus tôt. Plus juste techniquement, plus appliqué, plus concerné, aussi: l’équipe d’Erik Ten Hag a évolué un niveau au-dessus. Raison pour laquelle MPH tire tout de même un motif de satisfaction dans cette fin de match où le Standard a failli marquer un but, mais frappé le poteau à deux reprises et vu Luyindama expédier au-dessus un ballon en or. «Au moins on a continué à jouer. On aurait pu dire à 3-0 qu’on ne joue plus. C’est le seul point positif, ce soir. Mes joueurs ont cet esprit de revanche, mais je voudrais que ce ne soit pas un esprit de revanche, mais que ce soit de mise dès le début.» Une remarque déjà formulée par l’entraîneur des Principautaires, depuis le début de la saison. Les Rouches vont devoir montrer qu’ils apprennent bien de leurs erreurs. À commencer par samedi, à Lokeren, dans un tout autre contexte.