EN IMAGES

La drache n’a pas douché l’ardeur des «Bûûmdroegers»: le 710e Meyboom planté dans les temps

Ce n’est pas vraiment une surprise: de la coupe de «l’arbre de joie» en Soignes à son plantage au centre de Bruxelles, la journée du 710e Meyboom s’est terminée par un succès. Et une fête toujours aussi populaire.

Le 710e Meyboom a été planté jeudi vers 16h30 au coin de la rue des Sables et de la rue du Marais à Bruxelles, dans le respect de la tradition.

Les Bûûmdroegers ont coupé cet «arbre de joie» au matin dans la forêt de Soignes. Il mesure environ 14 mètres de haut. L’arbre a ensuite été amené jusqu’à l’hôtel de ville de Schaerbeek.

La drache n’a pas douché l’ardeur des «Bûûmdroegers»: le 710e Meyboom planté dans les temps
Le Meyboom fait référence à la victoire des arbalétriers, qui ont défendu Bruxelles de l’agression des Gantois en 1213. Photo News
Après un hommage à 13h rendu aux compagnons disparus et aux enfants du quartier morts pour la patrie au coin de la rue des Sables et de la rue du Marais, le cortège, composé de plus de 200 personnes, a démarré à 13h45. Il est passé par la rue Fossé aux Loups, la place de la Monnaie, la rue des Fripiers, la rue de Tabora, la Bourse, la rue du Midi, la rue du Lombard et la rue de l’Étuve avant de rejoindre la Grand-Place.

Le bourgmestre Philippe Close portait le pied de l’arbre en tête de cortège et plusieurs échevins se sont joints aux Bûûmdroegers et autres Gardevils. Deux géants de Tramasure marchaient derrière les porteurs. De nombreux petits drapeaux belges ont été distribués au public sur le parcours. «L’ambiance était bon enfant», a commenté Jean-Louis Gekière, président d’honneur des Compagnons de Saint-Laurent. «Il y avait énormément de monde sur la Grand-place pour nous accueillir.»

Les différents groupes ont défilé à 14H45 sur la Grand-place pour présenter l’arbre aux Bruxellois. Le cortège s’est ensuite rendu au lieu de la plantation, situé au coin de la rue des Sables et de la rue du Marais.

Le Meyboom fait référence à la victoire des arbalétriers, qui ont défendu Bruxelles de l’agression des Gantois en 1213. La tradition folklorique veut que l’arbre soit planté avant 17h00.