Enjeux, présentation des listes...

GREZ-DOICEAU

TerrEye cartographie les secrets des exploitations

TerrEye cartographie les secrets des exploitations

Ce drone hyperperformant additionne des milliers de clichés afin de réaliser une cartographie numérique des propriétés foncières: terres agricoles, zones forestières, prairies… Cela permet d’en définir la valeur mais aussi d’en pointer les forces et faiblesses. Terreye

Les cofondateurs de TerrEye reviennent de la Foire de Libramont où leur cartographie numérique des grandes propriétés a reçu un franc succès.

Qu’il s’agisse d’une exploitation agricole ou forestière à gérer ou d’une propriété foncière familiale à transmettre, la cartographie numérique réalisée par un drone professionnel est la base de l’analyse proposée par les cofondateurs de TerrEye à ses clients. «Avec les drones, nous disposons d’un outil redoutable pour avoir une vue d’ensemble des caractéristiques et du potentiel d’une propriété ou d’une exploitation», expose Guillaume Janssens, depuis les bureaux de TerrEye situés à Grez-Doiceau. Formé à l’agroéconomie, à la gestion des espaces naturels et ayant travaillé pendant dix ans dans le domaine de l’aménagement du territoire, Guillaume avait besoin d’un «geek», un fou d’informatique et de robotique, pour concrétiser son idée. Sa rencontre avec Olivier Lagae était écrite dans les astres. De la conjonction de leurs talents respectifs est née la société TerrEye, une start-up que les deux complices tiennent à bout de bras depuis trois ans. Ensemble, ils ont déjà 120 missions à leur actif.

«Je ne m’attendais pas à trouver autant d’applications à notre technologie en Belgique, et c’est une bonne surprise, poursuit Guillaume. Les centaines de rencontres que nous venons de faire à la Foire de Libramont viennent encore nous donner raison. Il y a énormément de développements possibles chez nous.»

Concrètement, la cartographie est la base. Des millions de données sont collectées par le survol d’un drone dont des milliers de clichés sont additionnés et superposés dans un logiciel qui recrée le réel. Pour faire simple, grâce au principe de la photogrammétrie, ces données numérisées permettent à TerrEye de produire des cartes 2D ou 3D, ces dernières tenant compte de la topographie des lieux.

Le numérique au secours des agriculteurs

Pour ne parler que de l’agriculture, apporter une dose de technologie dans un domaine aussi ancien que le travail de la terre n’a rien d’évident. TerrEye propose un diagnostic des cultures à partir de 10€/hectare.

«Aux agriculteurs et exploitants forestiers, nous proposons un inventaire précis de leurs terres par drone. Après avoir cartographié, on peut pousser plus loin et proposer une analyse du sol, détecter des problèmes de semis, évaluer le stress hydrique, etc. Depuis son smartphone, sur son tracteur, au moyen de notre application ReGIS, l’agriculteur pourra consulter ses cartes et, par exemple, ajuster les doses de fertilisants qu’il répand avec précision, mètre carré par mètre carré.

Nous voulons donner aux exploitants toutes les clés pour gérer eux-mêmes leur bien, et ce qui rendra leur propriété plus rentable», sourit Guillaume Janssens.

TerrEye SPRL, 0485 996 282 www.terreye.com