GRÈCE

Les ânes de Santorin n’en peuvent plus: touristes trop gros, coups et surexploitation

Les ânes de Santorin n’en peuvent plus: touristes trop gros, coups et surexploitation

L’afflux de touristes ne faiblit pas à Santorin, petite île grecque dans la mer Égée. Laif/REPORTERS

Les ânes sont l’une des attractions de la petite île grecque de Santorin. Mais leur surexploitation fait réagir. Certains animaux se retrouvent estropiés et blessés.

Flâner à dos d’ânes fait partie des plaisirs offerts aux touristes de l’île de Santorin. Vue imprenable sur la mer et confort de ne pas devoir grimper en haut de l’île au rendez-vous.

Sauf que les animaux sont surexploités et fatigués.

Plusieurs activistes tentent de faire bouger les choses. Ils dénoncent notamment les touristes «obèses» qui effectuent à dos d’âne le déplacement jusqu’au chef-lieu de l’île, Thera, perché à quelques centaines de mètres plus haut.

Un porte-parole de l’association «Help the Santorini Donkeys» (Aidez les ânes de Santorin) déclare au journal le Mirror: «Les âniers doivent recourir à des mulets croisés, car les ânes ne sont pas assez forts pour cette tâche. Il est normalement recommandé que ces animaux ne portent pas plus de 20% de leur propre poids. Les touristes obèses et en surpoids combinés au manque d’ombre et d’eau, la chaleur et les marches pavées sont un réel problème».

Les défenseurs des droits des animaux affirment en outre que les ânes sont de plus en plus victimes de blessures à la colonne vertébrale et de blessures ouvertes causées par des selles mal ajustées.

Mauvaise publicité

Dans un communiqué publié ce samedi, la mairie a annoncé avoir réuni âniers et associations de protection des animaux, pour garantir «le respect des droits et du bien-être des ânes» qui assurent le transport des touristes.

Cette concertation sociale est organisée après que des militants pro-animaux qui manifestaient vendredi sur le port ont été violemment pris à partie par des âniers.

La manifestation avait été organisée par trois associations grecques de défense des équidés et le groupe d’«activistes vegans Dreamdancers» en réaction à la circulation sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant un ânier frapper violemment son animal.

La municipalité a indiqué avoir obtenu des parties prenantes un accord sur une série de mesures, pour que les ânes soient «gardés à l’ombre» pendant leurs pauses, et «mieux abreuvés».

Les âniers se sont aussi engagés à «limiter l’horaire de travail et la charge» des animaux et à exclure de leurs rangs les propriétaires maltraitants.

Selon la mairie, les militants pro-animaux «se sont affirmés satisfaits de ces mesures, à la condition qu’elles soient respectées».

Prisée des touristes pour la vue époustouflante sur la mer qu’offrent ses villages blancs accrochés aux falaises volcaniques, Santorin est depuis quelques années menacée d’être débordée par l’afflux des visiteurs, sur fond de boom touristique en Grèce.

La mairie a déjà imposé des mesures pour limiter et réguler l’afflux des bateaux de croisière.