Niché au 111 de la rue de Wervicq, le temple se fait discret. La présence protestante cominoise est pourtant ancienne. Dès le XVIe siècle, des communautés se créent, comptant bien des martyrs.