«Couvrez ce sein que je ne saurais voir...» quand Toerisme Vlaanderen se moque de Facebook

«Couvrez ce sein que je ne saurais voir...» disait Tartuffe dans Molière. Une pudeur que Facebook partage et qui agace les amateurs d’art. Toerisme Vlaanderen a décidé de se moquer du plus grand réseau social au monde.

Aujourd’hui, Facebook ne fait pas de différence entre l’art et la pornographie. Pour promouvoir les oeuvres des maîtres flamands exposées au Nord du pays, Toerisme Vlaanderen a diffusé dimanche une vidéo ludique qui se moque de la politique du réseau social à l’égard des nus.

Sur la vidéo, on peut voir des visiteurs de la Maison de Rubens, à Anvers, à qui l’on demande de s’éloigner des tableaux du peintre baroque car ils doivent être «protégés contre la nudité».

Avec une série de musées et institutions culturelles du pays, dont Bozar, Toerisme Vlaanderen a également rédigé une lettre ouverte à l’attention de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook.

«Indécent. C’est ainsi que sont considérés les seins, les fesses et les chérubins de Peter Paul Rubens. Pas par nous, mais par vous», s’y indignent les signataires. On pourrait en rire, mais cette censure complique la vie des acteurs culturels qui veulent faire découvrir les maîtres flamands, poursuivent-ils.

L’office flamand a élaboré un plan 2018-2020 pour mettre en avant la vie et l’héritage de Rubens, Bruegel, Van Eyck et des autres peintres flamands des 15e, 16e et 17e siècles.

«Malheureusement, la promotion de notre patrimoine culturel unique n’est aujourd’hui pas possible sur le réseau social le plus populaire», regrette son CEO, Peter De Wilde.