BELGIQUE

2,6 milliards d’euros à trouver: les ministres réunis à Val Duchesse

2,6 milliards d’euros à trouver: les ministres réunis à Val Duchesse

Charles Michel, ici en marge du défilé dans le cadre de la fête nationale, se retrouvait ce soir avec ses principaux ministres pour parler gros chiffres. BELGA

L’équipe de Charles Michel doit trouver 2,6 milliards d’euros pour maintenir le budget dans la trajectoire européenne. Officiellement, la Belgique ne doit remettre son épure qu’à la mi-octobre mais le gouvernement souhaite régler ce dossier avant le départ en vacances.

Les principaux ministres du gouvernement fédéral se sont retrouvés ce samedi vers 18h au château de Val Duchesse pour poursuivre les travaux budgétaires. La réunion ne s’est toutefois pas déroulée au «finish» comme les informations de vendredi le laissaient pressentir. Elle sera en principe suivie d’une nouvelle séance de travail ce dimanche et peut-être lundi.

Le comité ministériel restreint a achevé sa réunion vers 22h30. «Rien de vraiment neuf», commentait-on à bonne source. Les travaux reprendront ce dimanche vers 11h par des entretiens bilatéraux. Une nouvelle réunion en comité restreint pourrait suivre.

L’équipe de Charles Michel doit trouver 2,6 milliards d’euros pour maintenir le budget dans la trajectoire européenne. Officiellement, la Belgique ne doit remettre son épure qu’à la mi-octobre mais le gouvernement souhaite régler ce dossier avant le départ en vacances. La rentrée sera pour une bonne partie accaparée par les élections communales.

Certains chiffres continuent à poser problème du côté des Finances, a-t-on appris à bonne source. Il s’agit des versements anticipés à l’impôt des sociétés. Le gouvernement a accru les pénalités pour les sociétés qui ne feraient pas ces versements mais la question se pose de savoir dans quelle mesure l’augmentation constatée des versements est structurelle et dans quelle mesure elle est due à cette hausse des pénalités. Une autre question à résoudre est celle du remboursement par le fisc en cas de versement excessif, à un taux d’intérêt qui peut dans certaines conditions s’avérer plus avantageux que celui du marché.

Deux dossiers plus épineux

Le gouvernement doit également s’entendre sur le «deal pour l’emploi». Certaines des mesures font déjà l’objet d’un consensus.

Deux dossiers plus épineux restent en suspens: le remplacement des F-16, pour lesquels deux offres ont été rentrées dans le cadre de l’appel d’offres officiel et une proposition a été formulée par la France, hors appel d’offres, ainsi que la privatisation partielle de Belfius à laquelle est liée l’indemnisation des coopérants d’Arco.