La tarte aux fraises de la discorde

Francis Cordier, l’actuel premier échevin de Chièvres s’exprime. EdA

Francis Cordier, l’actuel 1er échevin, s’exprime sur le différend qui a mené aux retraits successifs de Marie-Claude Leroy et Nancy Cardon.

Nous l’évoquions dans nos colonnes (notamment), le 11 juillet dernier, les vies politique et associative chiévroises sont perturbées par des tensions qui ne cessent de s’accroître.

Si lors de la présentation de sa liste socialiste, Olivier Hartiel insistait sur la volonté de cohésion du parti, quelques jours plus tard, une certaine fièvre transpirait déjà à travers diverses publications sur les réseaux sociaux. Le 19 juin dernier, Marie-Claude Leroy, l’actuelle présidente du CPAS, annonçait qu’elle se retirait de la liste PS où elle occupait la 2e place, pour le prochain scrutin. Plus récemment, c’est Nancy Cardon, la présidente de l’association des commerçants chiévrois qui annonçait sa démission, pour une discorde relative à une «tarte aux fraises» (voir édition du 11 juillet dernier) achetée chez un commerçant officiant hors entité chiévroise et proposée au goûter de la commission des aînés.

L’actuel premier échevin, Francis Cordier, visé par les reproches, a décidé de réagir par voie de communiqué.

«Honnêtement, croyez-vous qu’une tarte aux fraises puisse être responsable d’un tsunami politique?», questionne l’actuel premier échevin chiévrois. «Les aînés, réunis lors de l’après-midi récréative où elle a été offerte, l’ont d’ailleurs goûtée avec grand plaisir!C’est avec force et conviction que mes collègues du collège, du conseil communal et moi-même avons soutenu depuis près de 6 ans maintenant les commerces et entreprises locales dans le cadre des manifestations et lors de l’attribution des marchés, en respectant la réglementation en place.»

«La politique se vit sur des idées, des projets et du travail au profit de la population. En politique, nous ne pouvons pas toujours être du même avis. Les projets grandissent ou aboutissent justement en rencontrant au maximum les divergences d’opinion des uns et des autres. Mais j’estime que des consensus doivent être trouvés au profit des Chiévrois.»

Le premier échevin rappelle ensuite les projets réalisés par la majorité depuis le début de la mandature. Il cite par exemple, « la mise en sécurité des églises, l’installation de caméras de surveillance à la basilique de Tongre-Notre-Dame, le renouvellement imminent de l’éclairage et le commencement, d’ici quelques mois, des travaux de restauration de l’église St-Martin de Chièvres».

«L’information, la transparence, la démocratie et la solidarité ont été des soucis constants. Travailler pour notre belle ville de Chièvres et ses habitants représente pour notre équipe et pour moi une bien noble cause. La dégustation de la tarte aux fraises fut appréciée tout comme le travail réalisé par l’équipe socialiste durant ces 6 années… » conclut le premier échevin.