FAITS DIVERS

Bastogne: Lemaire en aveu du meurtre de Marie-Thérèse Roufosse

Bastogne: Lemaire en aveu du meurtre de Marie-Thérèse Roufosse

EdA

Philippe Lemaire est en aveu du meurtre de Marie-Thérèse Roufosse.Il conteste la préméditation. Il a été placé en détention préventive.

Jeudi, en début d’après-midi, Sarah Pollet, magistrate de presse, a tenu une conférence de presse pour faire le point sur le meurtre de Marie-Thérèse Roufosse. Nous avons ainsi appris que Philippe Lemaire est en aveu du meurtre de sa compagne. Par contre, il conteste la préméditation. Celle que tout le monde, à Bastogne, appelle Marie, a été abattue dimanche vers 23 h, dans son café, Au New Tacot.

Philippe Lemaire a été interpellé mardi soir, aux urgences de la clinique de Bastogne. Il s’y est rendu de lui-même et a téléphoné aux services de police. Il s’est rendu sans résistance. Il a été privé de liberté mardi, à 21 h 45. Pourquoi s’est-il rendu? Lui qui était activement recherché depuis deux jours, avait-il peur d’être abattu par les services de police? S’est-il rendu parce qu’il éprouve des remords? Pas de réponse du parquet.

L’arme retrouvée

On sait que Philippe Lemaire a tiré un coup de feu, à l’aide d’un pistolet, à bout portant, et que ce coup de feu a atteint Marie Roufosse à la tête. Prise en charge par les services de secours, la Bastognarde est décédée le lendemain matin.

Le projectile ainsi que l’arme ont été retrouvés. Où? Cela, la magistrate de presse n’a pas été autorisée à le dire.

Dans quelles circonstances? Pour quel mobile Lemaire a tiré? Là aussi, silence radio du côté du parquet. Toutefois des premiers témoignages recueillis sur place, il semblerait qu’une jalousie amoureuse ait déclenché ce drame.

Sous mandat d’arrêt

Philippe Lemaire a été auditionné par les enquêteurs du service d’enquêtes et de recherches de la zone de police Centre Ardenne mercredi après-midi.

Jeudi matin, il a été présenté à la juge d’instruction Patricia Devaux. Elle l’a inculpé pour assassinat (c’est-à-dire meurtre avec préméditation) et pour infraction à la législation sur le port d’arme.

L’homme, qui sera âgé de 49 ans en septembre, a été placé sous mandat d’arrêt ce jeudi matin. Il a donc été placé en détention préventive.

Philippe Lemaire passera devant la chambre du conseil, mardi. Chambre qui confirmera plus que probablement le mandat d’arrêt décerné par la juge d’instruction.

Pendant ce temps, les enquêteurs poursuivent leurs investigations et l’audition des témoins.