BRUXELLES

2000 signatures contre la démolition du 4 place Rouppe pour creuser un parking

L’ARAU alerte à nouveau sur les risques qui pèsent sur une maison néoclassique au 4 de la place Rouppe. Celle-ci pourrait être démolie pour permettre le creusement d’un parking de 200 places. Or, son patrimoine a été plusieurs fois évalué comme «un témoin important».

Début juillet, l’ARAU a lancé une pétition contre le projet de parking place Rouppe, qui doit creuser 200 emplacements dont 180 en rotation à deux pas du Comme Chez Soi. L’Atelier de Recherche et d’Action Urbaine annonce ce 16 juillet que cette pétition a déjà récolté plus de 2000 signatures. Ce qui lui fait dire que «les Bruxellois se mobilisent contre le projet».

La volonté d’implanter un parking sur cette place du centre-ville, à un jet de pierre du Piétonnier, a reçu un premier aval de la Commission de concertation en juillet 2017. Mais fortement nuancé. Le projet ne date pas d’hier ceci dit puisque l’idée de la Ville de doter le Pentagone de quatre parkings souterrain est née en 2014, suite aux ambitions de fermer les boulevards du centre aux voitures. À l’époque déjà, les associations de riverains avaient sorti les boucliers.

2000 signatures contre la démolition du 4 place Rouppe pour creuser un parking
Selon l’ARAU, la cage d’escalier notamment de cet immeuble néoclassique du 4 place Rouppe est un témoin patrimonial à préserver. ARAU
L’inquiétude de l’ARAU ces derniers jours? La démolition à nouveau programmée d’une maison de caractère pour permettre le creusement du parking. Or, l’an dernier, la Commission de concertation avait spécifiquement exigé le maintient de l’immeuble néoclassique sis au N°4 de la place Rouppe. Aujourd’hui, l’ARAU engage ainsi la Région à «refuser la délivrance d’un permis destructeur du patrimoine». L’Atelier craint en outre que le parking «dope le trafic en centre-ville». L’étude d’incidence a ainsi évalué l’augmentation de la circulation à «100 voitures par heure à la pointe du soir, contre 16 aujourd’hui», s’alarme l’ARAU.

+ AILLEURS | Le reportage photo de l’ARAU au 4 place Rouppe

Pourquoi le dossier ressurgit-il cet été? Le promoteur a réintroduit une demande de permis identique à la première, mais assortie d’une étude historique du fameux N°4 de la place Rouppe. Celle-ci minore l’intérêt patrimonial de l’édifice néoclassique, brandi par les associations. L’ARAU estime cette étude «complaisante». Et les activistes du patrimoine de s’en référer à un autre avis, produit par la Cellule Patrimoine de la Ville de Bruxelles en 2010. Ce dernier concluait qu’«une démolition ne se justifie pas car l’immeuble est un témoin important de la première phase de construction de la place Rouppe. De plus, le très grand intérêt de la cage d’escalier justifie la préservation et la mise en valeur de cet immeuble.»

L’avis de la 2e Commission de concertation est attendu dans les jours à venir. Pour rappel, la demande de permis concerne la construction de 116 kots étudiants et d’un parking de 200 places, au 4 de la place Rouppe et aux 53 et 55 de la rue Van Helmont.