MONDE

Des élus républicains et démocrates scandalisés par les déclarations de Trump avec Poutine

Des élus républicains et démocrates scandalisés par les déclarations de Trump avec Poutine

Des élus républicains et démocrates scandalisés par les déclarations de Trump avec Poutine. Photo News

Les déclarations de Trump à Poutine pendant le sommet à Helsinki ont choqué les démocrates et républicains aux États-Unis. La cause? Le président n’aurait pas assez défendu les intérêts de son pays.

Des parlementaires républicains ont vivement dénoncé lundi les propos de Donald Trump aux côtés de Vladimir Poutine, estimant qu’il n’avait pas défendu les intérêts américains.

«Le président Trump a raté une occasion de tenir la Russie clairement responsable pour son ingérence dans les élections de 2016 et de lancer un avertissement ferme au sujet des prochains scrutins», a regretté le sénateur Lindsey Graham sur Twitter peu après la conférence de presse commune des dirigeants américain et russe à Helsinki.

«Cette réponse du président Trump sera considérée par la Russie comme un signe de faiblesse», a ajouté cet élu souvent en phase avec le milliardaire républicain.

Un autre sénateur républicain plus régulièrement critique à l’égard de Donald Trump, Jeff Flake, a estimé que ses propos étaient «une honte». «Je n’aurais jamais pensé voir un jour notre président américain se tenir à côté du président russe et mettre en cause les États-Unis pour l’agression russe», a-t-il tweeté.

De nombreux élus démocrates ont aussi condamné les prises de positions du président des États-Unis.

«Donald Trump avait l’occasion de tenir tête à Poutine. Aujourd’hui, moins de 72 heures après l’inculpation de 12 nouveaux responsables russes par le ministère de la Justice pour l’attaque contre les élections de 2016, il accuse… les deux pays», a ainsi regretté la chef de l’opposition démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

«Donald Trump continue de vendre les États-Unis à Poutine et à la Russie», «échouer à défendre les États-Unis est à la limite de la trahison», a renchéri le représentant Jimmy Gomez.

Le locataire de la Maison Blanche s’en est pris, aux côtés du maître du Kremlin, à l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe présumée dans la présidentielle qui l’a porté au pouvoir, et a semblé mettre sur le même plan les accusations du renseignement américain en ce sens et les dénégations de Vladimir Poutine.

L’ancien patron de la CIA John Brennan, en poste de 2013 à 2017, a estimé que la «performance» de Donald Trump à Helsinki était «rien de moins qu’un acte de trahison». «Non seulement les propos de Trump étaient imbéciles, mais il est totalement dans les mains de Poutine», a-t-il tweeté, avant de demander: «Patriotes républicains, où êtes vous???».

À LIRE | Trump salue «un très bon début» avec Poutine au sommet d’Helsinki

À LIRE | Présidentielle américaine: Poutine propose d’interroger les Russes accusés d’ingérence