MONDE

Trump salue «un très bon début» avec Poutine au sommet d’Helsinki

Trump salue «un très bon début» avec Poutine au sommet d’Helsinki

Les présidents russes et américains se sont bien entendus lors du premier jour du sommet d’Helsinki. AFP

Le président américain Donald Trump a salué lundi à Helsinki le «très bon début» de son sommet historique avec Vladimir Poutine, destiné à apaiser les relations tumultueuses entre les deux premières puissances nucléaires du monde.

Le locataire de la Maison Blanche et l’homme fort du Kremlin se sont retrouvés en début d’après-midi dans le palais présidentiel, au cœur de la capitale finlandaise qui a une longue tradition d’accueil de sommets Est-Ouest.

«Cela me fait très plaisir de vous rencontrer», «le temps est venu de parler de nos relations sur le fond», a déclaré M. Poutine, tandis que M. Trump exprimait l’espoir d’aboutir à «une relation extraordinaire», martelant sa formule préférée: «Bien s’entendre avec la Russie est une bonne chose, pas une mauvaise chose».

À l’issue de plus de deux heures d’entretien avec leurs seuls interprètes, les deux hommes ont convié leurs délégations respectives dans un autre salon du palais pour un déjeuner de travail.

«Je pense que c’est un bon début. Très, très bon début pour tout le monde», s’est félicité M. Trump selon des journalistes présents sur place.

MM. Trump et Poutine devaient ensuite donner une conférence de presse commune.

Le milliardaire américain, au pouvoir depuis 18 mois, affiche de longue date l’espoir de nouer une relation personnelle avec l’ex-officier du KGB, qui tient les rênes du pouvoir en Russie depuis 2000.

Peu avant la première poignée de main, il avait donné le ton dans un tweet pour le moins surprenant de la part d’un président américain.

Il a attribué les mauvaises relations entre Washington et Moscou à… «des années de stupidité de la part des États-Unis» et à la «chasse aux sorcières» menée selon lui par le FBI qui enquête sur l’interférence russe dans la présidentielle de 2016.

«Signe inquiétant»

Torrey Taussig, de la Brookings Institution, voit dans ce tweet un «signe inquiétant». Si les relations avec Moscou sont aussi mauvaises, rappelle-t-elle, c’est à cause de «l’attitude de Poutine en Ukraine et en Syrie, de l’interférence dans des élections démocratiques… et la liste est longue».

De la Syrie à la Crimée, nombre de diplomates et d’analystes redoutent qu’il ne fasse une série de concessions à l’homme fort du Kremlin.

Vladimir Poutine, arrivé à Helsinki en milieu de journée après avoir assisté à Moscou à la victoire de la France en Coupe du monde, est jusqu’ici resté muet sur ses attentes et sa stratégie.

La Syrie figurera en bonne place dans les débats. Le président américain est impatient de prendre ses distances avec ce conflit et de retirer les troupes américaines présentes sur place.

La Russie, à l’inverse, présente militairement sur place depuis 2015 en soutien au régime de Bachar al-Assad, entend plus que jamais y jouer les premiers rôles.

Sur la Crimée, M. Trump entretient depuis plusieurs semaines l’ambiguïté, refusant d’exclure explicitement la reconnaissance de son annexion par la Russie.

Donald Trump comme ses prédécesseurs démocrates et républicains ont, bien sûr, déjà rencontré Vladimir Poutine.

Mais le format de la rencontre, comme son timing, fait du face-à-face d’Helsinki un rendez-vous à part.

Dernière étape de la tournée

Le sommet est la dernière étape d’un voyage d’une semaine en Europe au cours de laquelle le magnat de l’immobilier a tiré à boulets rouges sur ses alliés – Allemagne en tête – tout se tenant soigneusement à l’écart de toute critique à l’encontre du président russe.

Et avant son rendez-vous finlandais, il avait rangé la Russie, la Chine et l’Union européenne parmi les «ennemis» des États-Unis, précisant qu’il les voyait surtout comme des «concurrents».

Manifestement courroucé, le président du Conseil européen Donald Tusk a appelé lundi Chinois, Russes et Américains à éviter «le conflit et le chaos».

«Nous sommes face aujourd’hui à un dilemme: soit jouer la confrontation avec des guerres douanières et des conflits comme en Ukraine et en Syrie, soit rechercher des solutions fondées sur des règles justes», a-t-il prévenu.

Autre sujet de discussion pour les présidents russe et américain: l’enquête menée, à Washington, par le procureur spécial Robert Mueller sur l’interférence russe en faveur de Trump dans la campagne présidentielle de 2016.

Elle a été relancée de façon spectaculaire à trois jours du sommet par l’inculpation de 12 agents du renseignement russe accusés d’avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate.

Donald Trump risque-t-il de se faire malmener par cet officier du renseignement formé à détecter les faiblesses de ses adversaires?

«Je me suis préparé toute ma vie pour ce genre de truc», lançait-il récemment devant ses partisans dans le Montana.

La Finlande en profite pour faire passer un message

La Finlande a choisi le «camp» du climat et de la démocratie: le numéro deux du gouvernement finlandais a envoyé une salve de tweets univoques à l’adresse des présidents Donald Trump et Vladimir Poutine avant leur sommet lundi à Helsinki.

À quelques heures d’un rendez-vous aux enjeux importants entre les deux hommes, le vice-Premier ministre conservateur détaillait sur son compte Twitter «les valeurs» de la diplomatie finlandaise.

Choisie par Washington et Moscou pour accueillir le premier sommet bilatéral entre MM. Trump et Poutine, la Finlande pour autant «n’est pas un pays neutre», a d’abord rappelé Petteri Orpo.

En adhérant à l’Union européenne en 1995 – mais pas à l’OTAN -, elle «a choisi le camp des droits de l’homme, de la démocratie, de l’État de droit et d’un ordre mondial multilatéral».

Et «si l’ordre actuel est loin d’être parfait, la solution n’est pas de fuir mais de régler le problème», a-t-il poursuivi, citant les Nations unies et l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), mises à mal par les tensions internationales.

Et d’ajouter au nombre des engagements chers à ce pays nordique, un ancien Grand-duché russe, la défense des droits des femmes et la lutte contre le réchauffement climatique.

«La politique étrangère finlandaise se fonde sur la promotion et la défense de ces valeurs», a résumé le président du Parti de coalition nationale, qui se verrait bien Premier ministre à l’issue des élections législatives de 2019.

L’actuel chef du gouvernement, le centriste Juha Sipilä, est resté quant à lui quasi muet ces derniers jours. Il s’est contenté sur Twitter de souhaiter «chaleureusement» la bienvenue à MM. Poutine et Trump.

«Le dialogue est d’une extrême importance pour la sécurité de la Finlande et de l’Europe», a-t-il estimé.