MONDE

Trump lors du sommet de l’OTAN: «Poutine n’est ni un ennemi, ni un ami, c’est un concurrent»

Trump lors du sommet de l’OTAN: «Poutine n’est ni un ennemi, ni un ami, c’est un concurrent»

- AFP

«Le président russe Vladimir Poutine n’est ni mon ennemi, ni un ami, je ne le connais pas. C’est un concurrent. Il représente la Russie et moi les États-Unis. Peut-être deviendra-t-il un jour un ami? «, a déclaré jeudi le président américain Donald Trump lors du sommet de l’OTAN.

Interrogé sur ses attentes en vue de la prochaine rencontre avec son homologue russe à Helsinki lundi prochain, Donald Trump a dit espérer que tous deux parviendraient à s’entendre. «Nous verrons à quoi cette réunion va mener. Peut-être arriverons-nous à d’importantes décisions», a indiqué le locataire de la Maison Blanche.

Alors que différents pays membres de l’OTAN s’interrogent sur les intentions de Donald Trump lors de cette entrevue, ce dernier a assuré que les Alliés l’ont «remercié de rencontrer Vladimir Poutine».

«Je ne veux pas que le président Poutine soit une menace et c’est pour cela que nous avons l’OTAN», a-t-il assuré.

Le président américain a également assuré qu’il ne reconnaîtrait pas l’annexion de la Crimée par la Russie. Il a pointé la responsabilité de son prédécesseur dans ce dossier. «(L’ex-président) Barack Obama a permis (l’annexion). (Les Russes) ont bâti un pont avec la Crimée, un port à sous-marin, etc. Tout cela s’est passé sous Barack Obama. Je ne suis pas content de ce qui est arrivé», a pointé Donald Trump.

Le leader américain s’est également félicité d’avoir amené sur la table des discussions le projet du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne. «Je suis le seul à avoir abordé la question et maintenant nous en discutons», a-t-il conclu.

Donald Trump s’est est pris mercredi à Berlin en assurant que «l’Allemagne est complètement contrôlée par la Russie» en raison de sa dépendance vis-à-vis du gaz russe.