BELGIQUE

Electrabel a le dossier de construction de la centrale de Tihange, affirme l’entreprise

MISE À JOUR| Electrabel a confirmé détenir le dossier de construction de la centrale nucléaire de Tihange 3. L’entreprise dément l’information divulguée par SudPresse.

Electrabel aurait perdu certains plans des bâtiments d’ultime secours (bunker) de la centrale nucléaire de Tihange 3, rapporte jeudi Sudpresse.

L’entreprise ne serait donc pas en mesure de les fournir à l’autorité de sûreté alors que la centrale est à l’arrêt depuis la découverte d’anomalies au niveau des armatures du béton armé. «Electrabel confirme qu’elle dispose bien du dossier de construction de la centrale», a réagi l’entreprise dans un bref communiqué.

Engie Electrabel avait confirmé début juillet la mise au jour des anomalies alors que la révision planifiée du réacteur était en cours.

L’entreprise dispose des plans de conception et des plans «certified for construction» mais ceux «as built» (après construction) sont introuvables, écrit Sudpresse.

L’entreprise dispose du «dossier de construction de la centrale», a réagi Electrabel. «Nous possédons les plans d’origine certifiés sur base desquels la construction a été réalisée», a insisté une porte-parole.

«À ce moment, nous sommes en train de rassembler les éléments dont nous avons besoin pour procéder aux analyses et calculs» à la suite de la découverte de ces anomalies. «Nous constituons un dossier à rendre à l’AFCN (l’Agence fédérale de contrôle nucléaire, NDLR) pour déterminer la conformité du bâtiment aux exigences de sécurité», a-t-elle poursuivi. «Rien n’a été perdu», a-t-elle finalement lâché, «on reconstitue l’ensemble du dossier, des éléments, des plans, des schémas».

La perte des plans ne serait pas un problème insurmontable pour l’AFCN, a souligné un porte-parole de l’agence. Des recherches et des calculs supplémentaires seront néanmoins nécessaires pour contrôler l’éventuelle présence d’autres anomalies dans le bâtiment. Les opérations de réparation pourront ensuite commencer.

Engie Electrabel a fixé l’indisponibilité du réacteur nucléaire jusqu’au 30 septembre mais elle pourrait être prolongée si nécessaire.