Les Canadiens envahiront Mons le 13 juillet

Jean-Pol Grandmont/ Wikimedias

Année du centenaire de l’Armistice oblige, Mons sera l’année du Canada. Une grosse délégation visitera la ville ce vendredi. Vient-elle en éclaireur?

Comme il y a 100 ans, les soldats canadiens vont débarquer en force à Mons. En 1918 c’était pour délivrer la ville de l’occupant allemand. En 2018 c’est pour s’en souvenir. Ce vendredi 13 juillet, ils seront environ 200 à traverser la ville. Ce contingent participera quelques jours plus tard à la «Nijmegen March» à Nimègue aux Pays-Bas.

Cette marche a vu le jour avant la 1re guerre mondiale et servait à la base d’entraînement à l’infanterie néerlandaise. Si des militaires y participent toujours, elle attire désormais des dizaines de milliers de sportifs voulant s’attaquer à une des marches les plus difficiles au monde, s’étalant sur quatre jours. L’édition 2018 aura lieu du 17 au 20 juillet.

Pourquoi les Canadiens y participent-ils? Car en 1944, la bataille de Nimègue fut un moment marquant dans l’histoire militaire du Canada: avec ses deux ponts traversant le fleuve du Waal, Nimègue était d’une importance cruciale pour le Canada et ses alliés, qui avaient pour objectif d’atteindre Arnhem, pour se diriger ensuite vers l’Allemagne.

De 1944 à 1945, ce sont 7600 soldats canadiens qui ont péri dans la campagne de libération des Pays-Bas, qui dura neuf mois. C’est en souvenir de ses événements que chaque année des militaires de l’armée canadienne foulent le sol de Nimègue et ses environs durant quatre jours.

Cimetière et parade

Mais que viennent-ils faire à Mons trois jours avant le début de cette marche? Ils profitent de leur promenade néerlandaise pour fouler un autre sol où des soldats canadiens périrent également: Mons, dernière ville libérée avant la signature de l’Armistice, où tomba le dernier soldat avant la fin des hostilités: George Price, canadien, qui repose au cimetière militaire de Saint-Symphorien.

C’est dans ce lieu symbolique que débutera la visite de la délégation canadienne, vendredi à 13h. Qui se poursuivra ensuite au Mons Memorial Museum. Une parade militaire aboutira ensuite à la Grand-Place de Mons avant une cérémonie commémorative au salon gothique de l’Hôtel de ville.

Une visite qui servira à préparer le terrain pour une autre délégation en novembre 2018, pour le centenaire de la libération de Mons?