Déception à Poulseur: l’écran géant est annulé

Déception à Poulseur: l’écran géant est annulé

À chaque retransmission, la place de Poulseur accueillait 1 000 spectateurs. -

Coup dur pour les organisateurs de l’écran géant à Poulseur, annulé ce mardi matin sur ordre du bourgmestre, laissant 1 000 spectateurs sur le carreau. La police l’assure: la sécurité n’est pas assurée et des débordements sont à craindre.

L’annonce a fait grincer des dents. Ce mardi matin, à quelques heures du match des Diables, sur décision de la police du Condroz et du bourgmestre, la retransmission du match sur écran géant place de Poulseur (Comblain-au-Pont) a été interdite, tout comme les suivantes. «Les Terrasses du Mondial» étaient une première à Poulseur et avaient son petit succès… Les dix matchs retransmis (uniquement ceux des Belges et du Portugal, Poulseur comptant une importante communauté portugaise) ont attiré à chaque fois environ 1 000 personnes. Ce qui a poussé le bourgmestre à annuler la manifestation? Un rapport de la zone de police du Condroz, estimant que la sécurité n’était plus assez assurée sur le site. En cause, plusieurs incidents qui ont émaillé les derniers matchs. «La police a fait face à plusieurs débordements: bagarres, bousculades…, indique le bourgmestre, Jean-Christophe Henon. La police n’était plus en mesure d’assurer la sécurité et a rendu un avis négatif. Ce n’est pas de gaieté de cœur que cette décision a été prise.»

La police locale avance en effet des manquements dans le chef des organisateurs sur le plan de la sécurité. «Un seul agent de sécurité est présent sur le site, note le chef de corps ff, Marc Bernard. Bien insuffisant! À chaque match, sauf le premier, une intervention policière a été nécessaire pendant et après la diffusion, avec des incidents s’aggravant au fil des rencontres. Lors du dernier match, contre le Brésil, trois policiers ont été légèrement blessés. C’est le seul lieu de notre zone où les écrans géants posent problème. Visiblement, certains, extérieurs à Poulseur, viennent là pour en découdre. Par ailleurs, nos effectifs en Condroz sont réduits, impactés par les congés, la grève dans les prisons, le sommet européen. On ne peut pas être partout…»

Du côté des organisateurs (le comité des fêtes de Poulseur, les cafetiers de la place et le club de foot GD Poulseur), c’est l’incompréhension. «Oui, il y a eu quelques petits débordements mais jamais sur le site, pendant la retransmission, insiste Raphaël Caes, président du comité des fêtes. C’était bien après 23h, quand les stands étaient fermés.» La réunion organisée en urgence, lundi soir, entre les organisateurs, la police et la Commune n’a pas permis de modifier la décision. «Malgré nos propositions de solutions, comme des sorteurs, plus d’agents de la société de gardiennage, un site clôturé avec fouille à l’entrée, la police n’a rien voulu entendre.»

Les organisateurs sont d’autant plus déçus que l’objectif premier, familial et convivial, est rempli à 100%. «C’était un gros succès. Enfants, personnes à mobilité réduite, personnes âgées, jeunes, toutes les générations se sont retrouvées sur la place, dans une belle ambiance. On a vécu des moments intenses, sans aucun incident pendant les matchs.»

La décision entache en tout cas la motivation des bénévoles qui ont préparé l’événement pendant des mois. «Ils ont bossé dur. Et c’est frustrant de voir que ça s’arrête dans la dernière ligne droite.» Ce sera aussi un manque à gagner estimé à 30 000€. «On ne gagne pas 1€ sur ce type d’activité. Le but est simplement d’animer le village. Et si bénéfices il y a, ils sont reversés aux écoles, pour les décorations de Noël, des projets de village.»

Hier, l’écran géant a été désinstallé. Les chalets ont été démontés. Les commandes du brasseur ont été annulées. Les organisateurs ont prévenu un maximum de monde par les réseaux sociaux. «Annuler la veille, c'est chaud ! Beaucoup de gens sont déçus. Ils vont devoir courir à Liège ou à Aywaille…»