LIÈGE

Liège fait la chasse aux enseignes non-conformes qui enlaidissent la ville

Liège fait la chasse aux enseignes non-conformes qui enlaidissent la ville

Un groupe de commerçants du centre avait réalisé une action début 2017, en installant de fausses enseignes très tape-à-l’œil sur des commerces du centre-ville. Parfois, la distinction entre vraies et fausses enseignes était même compliquée à établir. ÉdA Hermann (archives)

La Ville de Liège a intenté des actions en justice civile à l’encontre d’exploitants/propriétaires de commerces du centre historique, qui ne se conforment pas aux dispositions urbanistiques.

En février 2017, des commerçants de l’hyper-centre, en particulier du cœur historique (quartier de l’Hôtel de Ville), ont mené une action d’affichage sauvage afin de dénoncer le non-respect, par certains commerçants, du cadre urbanistique. Ils estimaient en effet que cela porte atteinte à l’attractivité des commerces.

Une action qui avait été soutenue par le collège communal qui, en réaction, a lancé une opération pilote rue Léopold et place du Marché. Un groupe de travail a été constitué en vue de répertorier les enseignes problématiques et inciter les exploitants/propriétaires à se mettre en conformité, sachant qu’un permis, pourtant obligatoire, n’est que peu sollicité.

Le collège précise qu’il s’agit d’un processus de longue haleine car il faut leur donner le temps de se mettre en ordre, en particulier s’ils doivent obtenir une autorisation de la Région wallonne. «Les résultats visibles sont lents à obtenir mais ils existent: les demandes rentrées sont plus qualitatives non seulement pour le centre ancien protégé mais aussi pour les autres quartiers du centre-ville et un nombre non négligeable de commerces se sont mis en règle», soulignent les échevins Maggy Yerna et Jean-Pierre Hupkens, respectivement en charge du Développement commercial et de l’Urbanisme, ajoutant qu’il «reste cependant quelques irréductibles qui ne veulent pas entendre le message et la demande de la Ville».

Aussi, le parquet de Liège ayant fait savoir qu’il ne poursuivrait pas les infractions, la décision a été prise d’intenter une action en justice civile pour une dizaine de cas.

Les échevins ajoutent que l’évaluation de l’opération Léopold-Marché a abouti à l’adoption d’une directive décrivant avec précision ce qui doit être respecté. Celle-ci est disponible sur le site Internet www.liege.be.