MONDE

Égypte: le canal de Suez enregistre des recettes annuelles records

Égypte: le canal de Suez enregistre des recettes annuelles records

l’Égypte peut compter sur le Canal de Suez pour son activité économique. Reporters/Photoshot

Le canal de Suez engrange de plus en plus de revenus pour l’Égypte.

Le canal de Suez, dans l’est de l’Égypte, a enregistré les recettes annuelles les plus importantes de son histoire en 2017-2018 atteignant 5,6 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros), a annoncé vendredi son président Mohad Mamich.

Inauguré en 1869, le canal de Suez relie la mer Rouge et la mer Méditerranée. C’est l’une des routes essentielles du commerce mondial et une source précieuse de devises pour l’Égypte, plongée dans une grave crise économique depuis la révolte de 2011 qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir.

Le canal a connu «une hausse sans précédent de (ses) revenus réalisant les recettes les plus importantes de son histoire», a déclaré dans un communiqué M. Mamich, président de l’Autorité du canal de Suez. Ces recettes ont augmenté de 600 millions de dollars (514 millions d’euros) par rapport à l’année 2016-2017, a-t-il précisé.

Les recettes libellées en livres égyptiennes (LE) ont également augmenté de 35,3%, atteignant 99,1 milliards de LE (4,7 milliards d’euros) en 2017-2018.

Les passages de bateaux ont ainsi connu une hausse de 4,9%, selon le communiqué.

Pour M. Mamich, ce record a été rendu possible «grâce au nouveau Canal de Suez et aux (nouvelles) politiques de commercialisation».

Inauguré en grande pompe à l’été 2015, l’élargissement du canal représente l’un des travaux phares du président Abdel Fattah al-Sissi. Destiné à relancer l’économie et renforcer cette zone stratégique, ce projet pharaonique, parfois jugé coûteux et néfaste pour la population locale, avait suscité de nombreuses critiques. En pleine crise économique, l’Égypte est en quête de revenus et notamment de devises étrangères alors que le tourisme est en berne, malgré une reprise sensible.

Le Caire a dû laisser flotter sa devise nationale en novembre 2016, lui faisant perdre la moitié de sa valeur par rapport au dollar et à l’euro. Le gouvernement mène parallèlement une politique d’austérité en réduisant drastiquement les subventions. Le prix de l’eau, de l’électricité, des carburants ou encore des tickets de métro a considérablement augmenté depuis deux ans.

Ces mesures sont intervenues dans le cadre d’un accord de prêt de 12 milliards de dollars conclu en novembre 2016 avec le Fonds monétaire international.

Nos dernières videos