SIVRY-RANCE

Peine confirmée: 25 ans de prison pour l’auteur d’un double meurtre à Sivry-Rance

Peine confirmée: 25 ans de prison pour l’auteur d’un double meurtre à Sivry-Rance

Xavier Moriamé avait tué sa mère et sa tante. belga

Xavier Moriamé avait tué sa mère et sa tante: la cour d’appel du Hainaut a confirmé la peine de 25 ans de prison prononcée en décembre dernier par le tribunal correctionnel de Charleroi contre Xavier Moriamé.

La cour d’appel du Hainaut a confirmé, vendredi, la peine de 25 ans de prison prononcée en décembre dernier par le tribunal correctionnel de Charleroi contre Xavier Moriamé, auteur d’un double meurtre commis le jour de Noël à Sivry-Rance. La cour confirme aussi la peine de 18 mois de prison avec sursis prononcée contre sa compagne, poursuivie pour un recel de cadavres. Xavier Moriamé avait tué sa mère et sa tante.

Seule partie au procès qui avait fait appel du jugement rendu tribunal par le correctionnel de Charleroi, le 4 décembre 2017, le ministère public avait requis une peine de trente ans de prison comme en première instance. Pour la quatrième chambre de la cour d’appel du Hainaut, la peine de 25 ans prononcée par le premier juge demeure adéquate en degré d’appel.

Xavier Moriamé et Jennifer Canoot partageaient la maison familiale avec Danielle Wallemacq, la mère de Xavier. Un différend opposait la mère et son fils et une conciliation en justice de paix n’avait pas abouti. La mère, veuve, avait entamé une procédure d’expulsion avant d’aller se réfugier chez sa soeur, Jacqueline. Cette démarche avait heurté le fils pour qui la transmission de la maison familiale avait une grande importance. Le 25 décembre, Danielle Wallemacq est venue chercher un poêle chez elle, en compagnie de sa soeur. Son fils, qui rentrait d’une balade à vélo, est arrivé. Une dispute a éclaté et Xavier Moriamé a porté plusieurs coups de couteau et de chevron à sa mère et à sa tante. L’analyse des crânes a permis de relever plusieurs fractures, démontrant une extrême violence.

Les cadavres ont ensuite été placés dans la Renault Clio de la mère de Xavier et ce dernier est allé dans un bois pour bouter le feu à la voiture. Jennifer a bien aidé Xavier à transporter les corps et elle n’a pas agi sous la contrainte, plaidée par son avocat. « La suspension du prononcé demandée n’est pas indiquée car cela engendrerait un sentiment d’impunité chez elle. Quant à la peine de travail, elle est contre-indiquée compte tenu de la gravité des faits commis », a commenté le président de la quatrième chambre de la cour d’appel, vendredi, dans son arrêt.

Xavier Moriamé, condamné à une peine qui dépasse 20 ans est interdit à vie des droits prévus à l’article 31 du code pénal.


Nos dernières videos