RONGY

L’année des défis au So W’Happy

Avec la superficie doublée et le passage sur deux jours, les organisateurs du So W’Happy espèrent attirer 20 000 festivaliers.

Au fil des ans, le So W’Happy de Rongy n’a cessé de grandir. Chaque année, ils sont de plus en plus de visiteurs à venir rejoindre le festival rongycien. Un succès qui a poussé les organisateurs à prendre un virage à 180 degrés. 2018 sera sans conteste l’année de tous les défis pour les responsables. «Après quelques années de réflexion, nous avons décidé de franchir le cap et de changer de site, révèle le président de la jeunesse rongycienne, Sébastien Dewaele. Cette décision se base sur trois raisons. Un, nous bloquions chaque année le centre du village pour la festivité. Deux, nous rencontrions des soucis par rapport aux parkings. Trois, nous allions disposer d’un espace moins grand cette année alors que nous voulons grandir». Exit donc le terrain de football du village et les prairies avoisinantes et direction le chemin d’Howardries et une immense plaine de 13 hectares rien que pour le festival. «C’est le double par rapport à avant! Cela nous permet de complètement revoir la disposition des scènes. Grosse nouveauté cette année, nous en installons une sous chapiteau. Un chapiteau que les festivaliers ont déjà pu voir à Tomorrowland».

L’une des plus belles line-up hardstyle

Autre défi relevé par les Rongyciens: passer d’un festival d’un jour à un week-end complet. Objectif espéré: atteindre le cap des 20 000 festivaliers.

«L’année dernière, nous en avons attiré un peu plus de 10 000. Pour l’instant, rien qu’avec les préventes, nous atteignons déjà le même nombre. Et encore, souvent, on vend mieux durant la dernière semaine! C’est donc bien parti pour l’instant».

Ce passage sur deux jours permet également d’encore plus varier les styles. «Le dôme, la scène sous chapiteau, aura deux ambiances différentes selon le jour. Electro le samedi et hardstyle le dimanche. À ce niveau-là, on peut vraiment être fiers de la programmation. On a l’une des plus belles line-up de Belgique dans ce style. Cette année, nous proposons aussi une scène techno pour la première fois. Tout en conservant les autres scènes telles que la rétro».

Mais qui dit augmentation de la superficie sous-entend aussi augmentation de la charge de travail. D’autant plus qu’il faut tout amener sur le site: eau, électricité… «Heureusement, on peut compter sur une équipe incroyable de bénévoles. Ils sont près de 300 à nous donner un coup de main durant le mois où nous sommes sur place.

C’est d’autant plus important que l’on veut vraiment offrir un accueil de qualité à nos visiteurs. On réalise vraiment un gros boulot au niveau de la décoration pour surprendre les gens. On a mis le paquet au niveau animations avec des structures gonflables, des démonstrations de VTT acrobatique, la possibilité d’effectuer un saut de la mort sur un immense matelas… On a également organisé un camping pour 4 000 personnes. C’est important car nous accueillons des gens de plus en plus loin: Suisse, Angleterre, Pays-Bas et bien sûr France et Belgique». Une belle preuve que le festival de Rongy est en train de faire son trou dans le calendrier des gros événements de la scène électro.

So W’Happy Festival. Samedi 7 et dimanche 8 juillet au chemin d’Howardries à Rongy. 30€/jour. www.so-whappy.com


Nos dernières videos