COUPE DU MONDE/DIABLES ROUGES

Ce qu’il faut retenir de Belgique – Tunisie: le récital des Diables

Ce qu’il faut retenir de Belgique – Tunisie: le récital des Diables

Les Diables rouges ont réussi un match excellent face à une formation tunisienne qui s’est montrée entreprenante mais qui leur a laissé beaucoup d’espaces. Photo News

Grâce à des doublés de Romelu Lukaku et Eden Hazard et un but de Michy Batshuayi, les Diables rouges ont atomisé la Tunisie (5-2). Ils seront qualifiés ce dimanche si l’Angleterre ne perd pas face au Panama.

«Le but n’est pas d’être au sommet de notre art dès le deuxième match mais de poursuivre notre montée en puissance.» Tel était le discours de Roberto Martinez avant la deuxième sortie des Diables rouges dans cette Coupe du monde. S’ils n’exploitent pas encore la totalité de leur immense potentiel, qu’est-ce que cela donnera le jour où ils le feront? Parce que ce samedi dans une Otkrytie Arena pleine à craquer, ils ont déjà placé la barre très haut.

Lukaku et Hazard étincelants

Romelu Lukaku a encore signé un doublé. C’est son huitième en équipe nationale mais surtout le second depuis son arrivée en Russie. Le voilà déjà à quatre buts. Sa prestation fut d’autant plus impressionnante qu’il a effectué un gros travail défensif.

Espérons que le coup reçu à la cheville droite et qui l’a poussé à solliciter son remplacement en début de deuxième période ne soit pas grave car ce serait une fameuse tuile pour les Diables.

Si le buteur de Manchester United a encore fait parler la poudre, Eden Hazard a, lui, remis les pendules à l’heure après sa prestation décevante de lundi dernier. Il est apparu très en jambes et bien inspiré. Un vrai régal à voir jouer et un poison pour son adversaire.

Aucun carton jaune

C’était l’une des craintes de ce match. Déjà avertis face au Panama, Thomas Meunier, Kevin De Bruyne et Jan Vertonghen ont fait preuve d’énormément d’intelligence. Ils ont exprimé toute leur expérience en évitant toute nouvelle carte jaune, synonyme de suspension contre l’Angleterre.

Mieux: aucun autre Diable n’a été averti.

Les flancs beaucoup plus solides

Yannick Carrasco et Thomas Meunier ont réagi comme ils le devaient. Critiqués après le match face au Panama, ils ont été beaucoup plus cinglants offensivement et très présents défensivement.

Leur prestation illustre la montée en puissance des Diables.

Tout le monde est prêt

Roberto Martinez a toujours dit que son effectif ne se résume pas à onze titulaires. Il n’a pas tort. S’il a débuté avec son équipe de base, il a pu compter sur l’efficacité des remplaçants. Très en verve face, il est vrai, à une défense un peu démobilisée, Michy Batshuayi a montré qu’il est très bien. Il aurait mérité d’inscrire plus qu’un but.

Pour ses premières minutes en Coupe du monde, Youri Tielemans s’est justement fendu d’une passe décisive vers Batshuayi.

Ce groupe semble avancer comme un seul homme. Reste à voir quand Thomas Vermaelen et Vincent Kompany pourront participer «activement» à la fête.

Cinq buts, une première

Si l’on veut faire la fine bouche, on peut dire que les Diables n’ont, une nouvelle fois, guère brillé sur phases arrêtées. Et ce, des deux côtés du terrain. Le premier but tunisien part d’ailleurs d’un coup franc conclu d’une reprise de la tête.

En revanche, les Belges ont signé l’une des prestations offensives les plus abouties depuis le début de ce Mondial. En plantant cinq buts, une première pour eux à ce niveau, ils ont marqué les esprits.

On a hâte de les voir à l’œuvre jeudi face à l’Angleterre, dans un duel qui devrait être décisif pour la première place du groupe.