TUERIE DE LIÈGE

Le frère de Benjamin Herman n’est pas recherché par la police: «J’essaie de me reconstruire une vie»

Le frère de Benjamin Herman n’est pas recherché par la police: «J’essaie de me reconstruire une vie»

Dimitri Herman, le frère de l’auteur de l’attentat du 29 mai, a été contraint d’organiser une conférence de presse ce midi sur son lieu de travail, à Grâce-Hollogne. BELGA

Le frère de l’auteur de la tuerie de Liège, Dimitri Herman, n’est pas recherché par la police contrairement à ce que diffusait Sudpresse ce matin. L’avis de recherche aurait été lancé par erreur.

Ce matin, Sudpresse annonçait que Dimitri Herman, le frère de l’auteur de la tuerie de Liège était recherché par toutes les polices du pays, avant de se rétracter quelques heures plus tard.

D’après le journal, l’homme de 34 ans aurait manifesté l’envie de venger son frère Benjamin Herman, abattu par les policiers le 29 mai dernier. Pourtant, il n’en est rien selon Sudpresse qui a été contacté par l’intéressé qui nie les faits.: «L’avis de recherche a été envoyé par erreur à toutes les polices du royaume».

Ce mercredi midi, Dimitri Herman a décidé d’organiser une conférence de presse sur son lieu de travail, à Grâce-Hollogne, pour démentir les rumeurs à son propos et exprimer ses sentiments par rapport aux faits perpétrés par son frère le 29 mai dernier.

Dimitri Herman a également expliqué qu’il n’avait plus eu aucun contact avec l’auteur de la tuerie de Liège depuis près de trois ans.

«Quand il était en congé pénitentiaire, il m’a parlé de sa religion. Comme je ne voulais rien savoir et que je n’ai rien voulu entendre, il s’est énervé et nous nous sommes disputés. Je ne l’ai plus côtoyé depuis», a expliqué Dimitri Herman, extrêmement ému.

«Mais il ne m’a jamais dit qu’il s’était radicalisé, il a toujours caché ses convictions à sa famille. Ce qu’il a fait, c’est impardonnable. Je suis vraiment énervé contre lui et je ne comprendrai jamais son geste», confie l’intéressé.

«Dimitri essaie de vivre avec le passé»

L’employeur de Dimitri Herman, Alain Klinkenberg, a souhaité aussi prendre la parole. Le directeur général des Ateliers du Monceau de Grâce-Hollogne a tout d’abord indiqué qu’il trouvait injuste que son employé ait été signalé recherché par la police alors qu’il ne l’était pas. «Le parquet de Marche va également rédiger un communiqué pour faire un démenti», a souligné Alain Klinkenberg.

«Dimitri essaie de vivre avec le passé. C’est un travailleur régulier qui souhaite sortir de ses problèmes. Voilà bientôt trois ans qu’il essaie de récupérer une vie normale. Or, à l’heure actuelle, il lui est impossible d’en avoir une. Tout comme de réaliser de nouveaux projets», conclut l’employeur.